Édition du mercredi 10 mai 2017


Imprimer Imprimer

L'accroissement de la population active va ralentir, selon l'Insee

Selon les calculs de l’Insee, la population active du pays va continuer d’augmenter dans les décennies à venir, mais moins vite qu’actuellement. Conséquence du vieillissement de la population, le nombre d’actifs par rapport aux retraités devrait continuer de décroître.
Alors qu’en 2015, le pays compte 29,5 millions d’actifs, elle devrait en compter 31,1 millions en 2040 et 32,1 en 2070. La croissance de la population active va donc, selon, l’Insee, ralentir par rapport à la période actuelle : sur la dernière décennie, elle s’est établie à 152 000 actifs supplémentaires par an. Sur la période 2040-2070, on tomberait donc à + 33 000 actifs par an environ. C’est pendant la période 2040-2055 que l’Insee envisage le ralentissement le plus net, avec une croissance de 22 000 actifs par an.
L’Insee se base sur l’hypothèse d’un maintien d’un solde migratoire annuel de 70 000 personnes environ, d’un taux de fécondité de 1,95 enfant par femme et d’une poursuite de la baisse de la mortalité. Le vieillissement de la population va logiquement se poursuivre, avec une augmentation de 8,4 millions des personnes de plus de 70 ans à l’horizon 2070. Leur proportion dans la population doublerait alors par rapport à ce qu’elle est aujourd’hui (26 % contre 15 %).
L’Insee constate que dès maintenant, les conséquences des réformes successives des retraites se font sentir : « Après une longue période de baisse, le taux d’activité des personnes de plus de 55 ans se redresse » depuis le début des années 2000. Les réformes de 2003, 2010 et 2014, qui retardent peu à peu l’âge de départ à la retraite, ont des effets dès aujourd’hui et en auront de plus en plus : « Les personnes âgées de 60 à 64 ans sont particulièrement touchées en projection par l’ensemble de ces réformes ». À terme, juge l’Insee, le taux d’activité des personnes de 60 à 64 ans, aujourd’hui autour de 30 %, devrait atteindre 60 à 70 % dans les années 2070. Et même les 65-69 ans seront impactés, puisque leur taux d’activité devrait atteindre 10 % pour les femmes et 20 % pour les hommes en 2070.
L’Insee note également que la participation des femmes au marché du travail continue de s’accroître tendanciellement. Entre 1975 et 2015, leur activité a progressé de 0,6 % par an en moyenne, pendant que le taux d’activité des hommes baissait sur la même période de 0,1 % par an.
Reste que la question du ratio entre population active et retraités va se poser de façon toujours plus prégnante dans les décennies à venir. Vu la baisse de la mortalité et l’accroissement du nombre de personnes âgées retraitées, on devrait selon l’Insee passer de 1,9 actif pour un retraité, aujourd’hui, à 1,4 actif pour un retraité en 2070. « Quel que soit le scénario », écrit l’Insee, notamment les différentes hypothèses d’évolution du solde migratoire et de la fécondité, ce ration restera de toute façon compris entre 1,3 et 1, 5.
Dans ce contexte, le financement des régimes de retraite dépendra en grande partie, dans les années et les décennies à venir, de l’évolution du chômage, c’est-à-dire non pas du nombre des actifs mais du nombre de personnes qui cotisent.
F.L.
Télécharger la note de l’Insee.
Édition du mercredi 10 mai 2017 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France