Édition du mercredi 6 juillet 2016


Imprimer Imprimer

Recyclage du papier : nouvelles règles au 1er janvier prochain

Un décret publié ce matin au Journal officiel fixe les conditions dans lesquelles les éditeurs de publications de presse peuvent verser une partie de leur contribution aux éco-organismes « en nature ».
Les fabricants de papier et tous ceux qui émettent des imprimés doivent contribuer, au nom du principe de la responsabilité élargie du producteur (REP), à la gestion des déchets papier. Ils doivent donc verser une contribution à un organisme agréé (comme Écofolio), lequel organisme reverse aux collectivités un soutien pour les aider à financer le traitement.
La loi dispose que les éditeurs de publications de presse peuvent s’acquitter de leur contribution à l’éco-organisme sous forme « de prestation en nature » (Code de l’environnement, L. 540-10-1). Mais la loi est claire : ce ne sont pas les éditeurs qui en décident mais les EPCI : « La contribution en nature repose sur le principe du volontariat des établissements publics de coopération intercommunale assurant l'élimination des déchets. Elle consiste en la mise à disposition d'espaces de communication au profit des établissements de coopération intercommunale assurant l'élimination des déchets ménagers qui le souhaitent. Ces espaces de communication sont utilisés pour promouvoir la collecte, la valorisation et l'élimination des déchets. »
Le décret du 5 juillet publié ce matin fixe les règles plus précisément. Les « espaces de communication » prévus par la loi consistent en « des encarts publicitaires destinés à informer le consommateur sur la nécessité de favoriser le geste de tri et le recyclage ».
Pour pouvoir s’acquitter de leur contribution sous cette forme, et non sous une forme financière, les émetteurs de presse doivent remplir de une à quatre conditions. Chacune des conditions respectées donne droit à verser un quart de la contribution en nature – autrement dit, si toutes les conditions sont respectées, la totalité de la contribution peut être versée en nature. Les quatre conditions concernent : le papier (selon le taux de papier recyclé utilisé ou de papier issu de forêts « durablement gérées ») ; la quantité « d’éléments perturbateurs du recyclage » dans la publication ; le cumul des distances entre la papeterie, l’imprimerie et le centre de diffusion (qui doit être inférieur à 1500 km) ; et enfin – et c’est de loin le critère le plus simple à respecter – la mention, « en caractères apparents », des caractéristiques environnementales de la publication.
La presse municipale entre dans le champ de ces dispositions. Elle était auparavant exonérée de la contribution, mais ce n'est plus le cas depuis la loi de transition énergétique.
Ces dispositions entreront en vigueur le 1er janvier 2017.

Télécharger le décret.
Édition du mercredi 6 juillet 2016 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr