Édition du jeudi 25 juillet 2019


Imprimer Imprimer

Les quatre grandes priorités du ministère de la Culture

À l’occasion du soixantenaire de la création du ministère de la Culture, Franck Riester a présenté « les ambitions de la politique culturelle » de la France lors du Conseil des ministres qui s’est tenu hier.
Il a assuré que son ministère restait « à l’écoute des changements de la société et des attentes des Français, sur tous les territoires » en poursuivant son action selon quatre grandes priorités décrites dans les grandes lignes : l’émancipation des citoyens par les arts et la culture, la remise des artistes au cœur de l’action du ministère et soutenir les filières de la création, la culture comme levier de cohésion et d’attractivité des territoires, la réaffirmation de la souveraineté culturelle de la France.

Renforcement des directions régionales des affaires culturelles
Il a ainsi annoncé que le partenariat avec les collectivités sera « renforcé », tout comme le réseau des directions régionales des affaires culturelles afin que « les décisions soient prises au plus près des réalités territoriales ». « Le ministère approfondira son dialogue avec les collectivités pour que notre concertation nationale se décline sur les territoires », a indiqué Franck Riester qui a lancé une « réflexion » dans le but de « mettre en œuvre la déclinaison de conseils culturels des territoires locaux dès le début de l’année 2020 ».
Il a aussi rappelé que le Pass Culture – dont bénéficient « 150 000 jeunes de 18 ans dans 14 départements » aujourd’hui - doit être généralisé « à l’ensemble d’une classe d’âge d’ici 2022 au plus tard ».
Afin de soutenir artistes et créateurs, le ministère de la Culture entend « assurer leur formation et leur insertion professionnelle, faciliter leur mobilité en France et à l’étranger, développer la politique d’accueil dans des lieux de résidence, favoriser l’emploi et consolider leur régime social ». Pour préparer l’avenir, « une réflexion prospective » est engagée. Celle-ci devra permettre « d’adapter les politiques en faveur des artistes, auteurs et créateurs ».
Alors que le secteur du cinéma est la première industrie cinématographique européenne (avec 6 000 écrans, le réseau français de salles est le premier d’Europe), Franck Riester a indiqué qu’il souhaitait « consolider son modèle de financement » en « continuant à l’accompagner, dans sa modernisation et son développement partout sur le territoire ». Par ailleurs, il propose de créer une « équipe France » afin de « fédérer et coordonner les professionnels des industries culturelles et créatives » et de valoriser l’expertise culturelle française à l’international.
Édition du jeudi 25 juillet 2019 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France