Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du mercredi 23 novembre 2005
Congrès des maires et présidents de communautés

Jacques Pélissard propose aux maires et à l'Etat de «reconstruire une République fraternelle, ambitieuse, protectrice»

Le président de l'Association des maires de France (AMF) Jacques Pélissard a fixé mardi 22 novembre «trois défis à relever» aux maires de France, réunis en congrès à Paris, au premier rang desquels celui de «la cohésion sociale». Evoquant la «flambée dramatique des violences urbaines», Jacques Pélissard a souligné que «face au risque de segmentation progressive de la France» et au «risque de délitement du tissu social aggravé par les communautarismes», les maires «se retrouvent en première ligne». «Si l'Etat attend du maire qu'il recouse le tissu social, il faut lui donner des fils et une aiguille. Il faut lui donner les moyens juridiques et financiers pour qu'il puisse assumer ce rôle essentiel pour notre démocratie», a-t-il déclaré. Jacques Pélissard a également appelé les maires à «affirmer une volonté de diversité dans (les) recrutements municipaux de façon à ouvrir des pistes d'avenir pour chacun des talents de nos quartiers» et «à marcher ensemble avec les associations, les acteurs locaux et l'Etat» pour «reconstruire une République fraternelle, ambitieuse, protectrice». Le député-maire de Lons-le-Saunier a ensuite évoqué «le défi des finances locales. Réaffirmant les critiques de l'AMF à l'encontre de certaines dispositions de la loi de finances 2006 (réforme de la TP, bouclier fiscal), il a estimé que «l'heure est venue de changer le cadre d'ensemble des ressources des collectivités locales», «d'imaginer une fiscalité locale nouvelle». Enfin, Jacques Pélissard a appelé les maires à relever le défi de «l'amélioration des services publics». Il a souligné l'adhésion de l'AMF à «la démarche novatrice» de la Conférence sur les services publics en milieu rural qui «propose d'inscrire l'évolution de ces services dans un cadre contractuel bénéficiant de concours financiers spécifiques». Le président de l'AMF réagissait aux propos du Premier ministre (voir nos autres infos de ce jour) qui a marqué mardi sa volonté de renforcer les prérogatives des maires dans le domaine de la sécurité après les événements dans les banlieues.
S'ABONNER GRATUITEMENT NOUS ÉCRIRE
PARTAGER
IMPRIMER


Retrouver une édition

Sur le site de l'AMF
Accéder au site