Édition du mardi 26 janvier 2016


Imprimer Imprimer

Nouvelles surfaces commerciales : le ralentissement se poursuit

Le ralentissement de la production de surfaces commerciales, observé depuis 2008, s’est poursuivi en 2015, note une étude de la Fédération pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé (Procos), présentée la semaine dernière. L’étude met en avant une chute de 7 % des surfaces de plancher commercial ayant obtenu leur permis de construire et « une baisse brutale de 41 % » des surfaces commerciales ayant obtenu leur autorisation d’exploitation commerciale en CDAC (commission départementale d’aménagement commercial).
La construction de surfaces commerciales recule donc de nouveau en 2015. Le volume de surface de plancher commercial autorisé à travers les permis de construire diminue de 7 % pour atteindre son niveau le plus bas, – 4,8 millions de m², depuis ces quinze dernières années, observe Procos. Un recul que la fédération n’attribue pas uniquement à la crise. « Il résulte également de l’expectative des opérateurs dans les premiers temps de la mise en œuvre de la loi Pinel », avance ainsi l’étude. Cette loi relative à l’artisanat, au commerce et aux très petites entreprises a réduit à une seule demande (permis de construire et autorisation d’exploitation commerciale) les projets de surfaces commerciales dépassant un certain seuil. « L’instauration de ce nouveau guichet unique a échaudé les opérateurs qui ont craint par ailleurs une augmentation du recours contentieux », explique Procos. Ainsi, le volume de surfaces commerciales, dont la construction a été effectivement engagée, chute de 21 % pour atteindre son niveau le plus bas, - 3,1 millions de m² depuis ces quinze dernières années.
C’est également la chute pour le nombre de surfaces commerciales autorisées par les CDAC et la Cnac (commission nationale d’aménagement commercial). En 2015, 1 288 000m² ont été autorisés, soit une baisse de 41 % par rapport à 2014. Là aussi, Procos lie ce recul à la mise en œuvre du nouveau régime d’urbanisme commercial introduit par la loi Pinel.
Si le volume des surfaces commerciales chute fortement, la nature des projets évolue peu d’une année sur l’autre, observe également l’étude. Ainsi, les créations (76 % des surfaces autorisées) l’emportent toujours sur les transferts et extensions (24%). Des proportions quasi identiques à 2014. L’étude note enfin que « la périphérie reste toujours autant plébiscitée, attirant plus de 90 % des surfaces en projet, soit 4,2 millions de m² ». Les projets de centres commerciaux en centre-ville restent pour leur part toujours en retrait, représentant 7,3 % des surfaces en projet, soit 350 000 m².

Télécharger l’étude sur le bilan et les perspectives de l’immobilier de commerce en France.

Édition du mardi 26 janvier 2016 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France