Édition du jeudi 21 septembre 2017


Imprimer Imprimer

Ouragan Maria : l'état de catastrophe naturelle signé samedi

La déclaration de catastrophe naturelle sera signée samedi après le passage de l'ouragan Maria, qui a fait deux morts et deux disparus mais aussi des « dégâts sérieux » en Guadeloupe, a annoncé hier soir le Premier ministre, Edouard Philippe.
Pour les zones touchées par Maria, « l'état de catastrophe naturelle sera signé samedi. Et les procédures pourront être, à compter de cette publication, engagées conformément à ce qui est l'usage », a-t-il dit à l'issue d'un Comité interministériel pour la reconstruction de Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Une commission établira précisément demain les îles et communes concernées par l'arrêté de catastrophe naturelle, a-t-on précisé à Matignon.
La garantie « catastrophe naturelle » prévoit la prise en charge des dommages matériels causés aux seuls biens assurés. Dès la parution de l'arrêté de catastrophe naturelle, les assurés ont jusqu'à dix jours pour adresser leur déclaration de sinistre à leur assureur.
Le Premier ministre a fait état de « dégâts sérieux » causés par l'ouragan en Guadeloupe, avec « la quasi totalité des bananeraies de l'île affectée » et la « production totalement interrompue ». Il a également évoqué « 70 000 foyers privés d'électricité contre 80 000 hier », signe « d'opérations (…) qui progressent », ou le « fonctionnement du CHU dégradé ».
« Les passages d'Irma, de José et de Maria ont causé des dégâts considérables, à des degrés divers en fonction des îles », a observé le chef du gouvernement.
Sur place, en Guadeloupe, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a appelé quant à elle à gérer l'urgence sur « plusieurs fronts ». En réunion avec les représentants de toutes les collectivités de Guadeloupe, la ministre s'est dite « consciente » des difficultés que connaît actuellement l'île. Après avoir passé plusieurs heures à écouter le bilan provisoire des dégâts de la bouche des représentants des collectivités de Guadeloupe, la ministre a conclu que l'urgence était véritablement « le rétablissement de l'eau et de l'électricité ».
La question de la rentrée scolaire a également été évoquée. Le retour à l'école devrait se faire à compter du lundi 25 septembre, et de manière progressive, « école par école, selon l'état des infrastructures », a indiqué le recteur de l'académie de Guadeloupe, Camille Galap.
« Les autres sujets seront d'avoir la ressource humaine pour les petites communes confrontées à des besoins de nettoyage notamment des plages », a encore souligné Annick Girardin.
Édition du jeudi 21 septembre 2017 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France