Édition du vendredi 26 juin 2015


Imprimer Imprimer

L'emploi résiste dans les associations mais le moral s'effrite

La dernière enquête semestrielle de conjoncture sur les 1,3 million d'associations, publiée il y a quelques jours par Recherches et solidarités, un réseau associatif d’experts et d’universitaires, « confirme le maintien de la dynamique de création d'associations et la résistance de l'emploi, avec une quasi stabilité depuis deux trimestres, fin 2014 et début 2015, et un glissement annuel positif de 0,2%, contrastant avec une érosion de l’ensemble du secteur privé (-0,1%) ». Le déploiement des emplois d'avenir y compte pour beaucoup depuis 2013.
Mais, indique ce 9è baromètre, cela dissimule des variations plus nettes suivant les secteurs. Ainsi, le secteur médico-social (+ 0,5%) ou le sport (+3,2%) s'en sortent bien quand, ceux de la culture (- 2,3%) et de l’aide à domicile (- 2,7%) accusent le coup. Ces variations s'observent aussi suivant les régions : « quatre sont en évolution nettement positive : Bretagne, Aquitaine, Alsace et PACA, à la différence du Centre, du Limousin, de la Haute-Normandie et de Midi-Pyrénées ».
Le moral des responsables et dirigeants d'associations, est, lui, à la baisse dès que l’on aborde la situation financière (un dirigeant sur deux seulement la trouve satisfaisante) ou le bénévolat même s'il se maintient concernant « la situation générale de l'association : missions, actions... ». Si l'on peut mettre cela sur le compte de la faculté d'adaptation des associations, le baromètre mesure un autre indicateur - celui des nouveaux projets - qui lui montre des signes de faiblesse, et donc assombrit les perspectives.
Ce n'est sans doute pas sans lien avec les difficultés dans les relations entre associations et collectivités locales en augmentation selon le baromètre qui a interrogé pour cela un panel de 1537 responsables d'associations entre le 19 mai et le 5 juin 2015. Cette dégradation des relations est « souvent liée à la baisse des subventions », bien que celle-ci soit en partie « compensée par une moindre difficulté sur les aides pour le matériel et les locaux ». Mais plus surprenant, c'est sur la question des « simplifications administratives » que les responsables d’associations notent une plus forte dégradation de leurs relations avec les communes depuis les dernières élections.
Globalement, plus d'un dirigeant sur six jugent que leurs relations avec les municipalités sont toujours « bonnes » ou « convenables », « faites de compréhension réciproque », « chaque partenaire étant à sa place et dans son rôle ». Ces relations se sont « renforcées » ou « dégradées » dans une proportion similaire (9% des cas), tandis qu'elles restent « inexistantes, en dépit des attentes de l’association » ou « toujours difficiles ». Télécharger le baromètre.
Édition du vendredi 26 juin 2015 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France