Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du mercredi 17 février 2010
Administration

Un décret réorganise les pouvoirs des préfets, l'organisation et l'action des services de l'État dans les régions et départements

Le ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales a présenté hier en conseil des ministres un décret modifiant le décret du 29 avril 2004 relatif aux pouvoirs des préfets, à l’organisation et à l’action des services de l’État dans les régions et les départements. Ce décret, a expliqué Brice Hortefeux, «constitue la clé de voûte de la nouvelle administration territoriale de l’Etat. Son examen par le conseil des ministres intervient 210 ans après la promulgation de la loi du 28 pluviôse An VIII (17 février 1800) qui a créé l’institution préfectorale.» Publié au JO du 17 février (1), ce décret «donne corps aux conclusions des conseils de modernisation des politiques publiques des 12 décembre 2007, 4 avril et 11 juin 2008, qui ont défini les principes de la réforme de l’administration territoriale de l’Etat. Celle-ci vise notamment à affirmer l’unité de la parole et de l’action de l’Etat autour du préfet. Le cadre d’action de l’Etat territorial est régionalisé. Le préfet de région est dorénavant responsable de l’application des politiques nationales et communautaires, sauf exception. A ce titre, il a autorité sur le préfet de département dans la conduite des politiques publiques à travers un pouvoir d’instruction et un éventuel droit d’évocation dans les matières qui justifient une coordination régionale renforcée.» Le préfet de département est «confirmé dans sa responsabilité de mise en oeuvre des politiques publiques au plus près des citoyens. Dépositaire de l’autorité de l’Etat dans le département, il a seul la responsabilité de l’ordre public et du respect des lois. La déconcentration des interventions financières de l’Etat est renforcée: le préfet de région arrête la répartition entre actions et entre départements des crédits qui sont mis à sa disposition à l’intérieur d’un même programme budgétaire. Les préfets de région et de département engagent les dépenses de l’Etat et veillent au respect de la performance.» Pour le ministre, l’unité territoriale de l’Etat est «confortée. Le préfet de région disposera désormais d’une équipe resserrée à ses côtés, regroupant au sein du comité de l’administration régionale les préfets de département, le recteur d’académie, le directeur général de l’Agence régionale de santé et les directeurs des six nouvelles directions régionales de l’Etat.» Le comité de l’administration régionale - «expression de la collégialité régionale» - a la charge d’élaborer la stratégie de l’Etat dans chacune des régions. Son rôle est étendu en matière budgétaire. Le préfet de département s’appuie également sur une équipe restreinte au sein du collège des chefs de service de l’Etat dans le département. Les préfets de région et de département seront les délégués territoriaux des établissements publics de l’Etat, sauf exception. La mutualisation interministérielle des moyens de l’Etat est «renforcée au travers de plusieurs initiatives: - élaboration et mise en œuvre de schémas pluriannuels de stratégie immobilière dans chaque département; - mise en place de plates-formes interministérielles CHORUS, nouvelle application de gestion des crédits de l’Etat; - mise en œuvre de schémas régionaux et départementaux de mutualisation des moyens des services; - mise en œuvre de plans prévisionnels interministériels de gestion des ressources humaines à l’échelle de chaque région.» (1) Décret n° 2010-146 du 16 février 2010 modifiant le décret n° 2004-374 du 29 avril 2004 relatif aux pouvoirs des préfets, à l'organisation et à l'action des services de l'Etat dans les régions et départements, JO du 17 février 2010. Pour accéder au texte, voir lien ci-dessous.


S'ABONNER GRATUITEMENT NOUS ÉCRIRE
PARTAGER
IMPRIMER
Retrouver une édition

Sur le site de l'AMF
Accéder au site