Édition du mercredi 24 avril 2019


Imprimer Imprimer

Le directeur de l'Éna prend la plume pour défendre son école menacée

Le directeur de l’École nationale d’administration (Éna), Patrick Gérard, a pris la plume pour défendre son école, dans une tribune qui paraît aujourd’hui dans Le Figaro, à la veille d’une conférence de presse d’Emmanuel Macron qui pourrait annoncer sa fermeture.
Tout en se défendant de vouloir « participer au débat actuel sur l’avenir de l’Éna, qui sera tranché par le président de la République », Patrick Gérard estime de son « devoir de rétablir quelques vérités » face aux critiques visant l’école. Celles-ci « choquent voire blessent profondément ses élèves et ses personnels », souligne-t-il.
« Non, les élèves de l’Éna ne sont pas mus par le désir de compliquer la vie de leurs concitoyens », commence-t-il, jugeant ses étudiants « sincèrement soucieux de s’engager pour leur pays, pour l’intérêt général et le bien commun ». « Non, les élèves de l’Éna ne sont pas tous ‘’des jeunes de 25 ans’’ » mais ont un « âge moyen de 31 ans et demi » à la sortie de l’école et y entrent après « plusieurs années d’expérience professionnelle » ou « après des études supérieures plus longues qu’autrefois », poursuit-il.
Le patron de l’Éna conteste également que les étudiants y entrent « par favoritisme » puisqu’ils passent « un concours exigeant ».
La création de l’école en 1945, rappelle-t-il aussi, visait précisément à mettre fin à « un système de cooptation » des hauts fonctionnaires. Et « l’actuelle promotion Molière ne compte aucun enfant d’énarque, de ministre ou de parlementaire », fait-il valoir.
Pour autant, concède Patrick Gérard, « on peut regretter que seuls 19 % des élèves actuels aient un parent ouvrier, commerçant, employé, agriculteur, artisan ou chômeur » et « il faut encore mieux faire ».
Selon lui aussi, la scolarité a été « profondément rénovée » et « les élèves de l’Éna ne sont pas coupés des réalités de leur époque », œuvrant notamment « en faveur de personnes défavorisées » à Strasbourg où l’école est installée depuis les années 90.
Seuls 2,5 % des anciens élèves de l’Éna exercent « une fonction ou un mandat politique » comme c’est le « cas aujourd’hui de 15 députés sur 577 », ajoute-t-il. L’Éna, assure encore Patrick Gérard, « n’a pas le monopole de la haute fonction publique » puisque « plus de la moitié » des ambassadeurs, préfets ou recteurs n’en sont pas issus.
Emmanuel Macron est susceptible de confirmer jeudi lors d’une conférence de presse la suppression de cette école, une annonce qu’il s’apprêtait à faire lors de son allocution du 15 avril, annulée en raison de l’incendie de Notre-Dame, selon plusieurs médias.
L’Éna a formé en un peu plus de 70 ans quelque 7 000 hauts fonctionnaires français et accueilli plus de 3 700 élèves étrangers, venus de 134 pays. Quatre présidents de la Ve République – Emmanuel Macron, François Hollande, Jacques Chirac et Valéry Giscard d’Estaing – en sont diplômés. (AFP).
Édition du mercredi 24 avril 2019 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France