Édition du mercredi 3 octobre 2012


    Imprimer Imprimer

Le gouvernement va relever significativement les tarifs de rachat de l'énergie photovoltaïque



Le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie a annoncé le 1er octobre une hausse du prix de rachat de l’énergie photovoltaïque par EDF. Pour les installations moyennes (entre 36 et 100 kilowatts), le tarif d’achat va passer à 18,4 centimes par kilowattheure (kWh), contre 17,5 centimes auparavant, ce qui représente une hausse de 5,1%. Cette décision représente une rupture par rapport aux choix du précédent gouvernement, qui avait prévu de baisser le prix de rachat de 5 à 9%.
Cette mesure traduit le souhait d'encourager les installations de taille intermédiaire.
Le ministère a par ailleurs confirmé une bonification pouvant atteindre 10% aux producteurs d’énergie photovoltaïque utilisant des panneaux produits en Europe. Cette bonification porterait le prix de rachat à quelque 20 centimes d'euros le kWh. Ces annonces complètent celle qui a été faite lors de la Conférence environnementale, à la mi-septembre : un appel d’offres sera lancé d’ici à la fin de l’année pour la réalisation de grandes installations (supérieures à 250 kW), « privilégiant les installations sur grandes toitures pour éviter la consommation d’espaces agricoles ».
La décision d’augmentation des tarifs de rachat est clairement une mesure de soutien aux entreprises du secteur : le ministère lui-même indique que « l’objectif est de sécuriser l’activité des entreprises qui créent de la valeur ajoutée », de « soutenir la filière et de préserver les emplois en France ». En effet, les professionnels du secteur voyaient dans la baisse prévue des tarifs la mort annoncée de la filière : Richard Loyen, délégué général d’Enerplan (le syndicat des professionnels de l’énergie solaire), indique qu’avec une telle baisse, « on serait tombé dans un modèle économique qui ne permettait plus de trouver des marchés ». Le syndicat juge donc en toute logique « très positive » la décision du ministère, jugeant que « cette annonce concrète (lui) permet d’aborder sereinement » les débats à venir sur la transition énergétique.
Même son de cloche du côté du SER, le syndicat des énergies renouvelables. Arnaud Mine, président du SER, commente : « Nous sommes satisfaits que nos demandes aient été entendues. Ces annonces constituent un premier pas significatif qui rend espoir à nos entreprises. Le relèvement du tarif devrait faire redémarrer une activité aujourd’hui à l’arrêt sur ces segments de marché ».
Édition du mercredi 3 octobre 2012 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France