Édition du lundi 4 mars 2013


Imprimer Imprimer

Deux mesures de soutien aux énergies propres

Le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie vient de lancer plusieurs programmes d’aides aux énergies renouvelables, dont la géothermie haute température et la méthanisation.
Pour la première, deux nouveaux permis ont été signés par Delphine Batho jeudi dernier, pour procéder à des recherches en vue d’exploiter l’eau naturellement chaude présente dans certains sous-sols. Cette eau, qui peut atteindre 150 degrés, peut être utilisée pour la production d’électricité dans des centrales, mais aussi être exploitée « telle quelle » dans des réseaux de chaleur. Une fois utilisée et refroidie, elle est réinjectée dans le sous-sol. La géothermie ne représente qu’une part infime de la production d’électricité en France (0,1%). Mais parce qu’elle permet de produire de l’énergie « sans aucune émission » de gaz à effet de serre, cette filière « doit être encouragée et soutenue », a plaidé Delphine Batho dans un communiqué.
La méthanisation, quant à elle, a fait l’objet le même jour d’un décret fixant les nouvelles règles du soutien de l’État. Rappelons que la méthanisation est la technique permettant de produire du gaz (du biogaz) grâce à la digestion de déchets organiques. Les producteurs de biogaz devaient, jusqu’à présent, choisir entre deux modes de valorisation : ou bien vendre leur biogaz pour servir à la production d’électricité, ou bien le réinjecter dans les réseaux de gaz naturel. Cette obligation de choix, précise un communiqué du ministère, « avait pour conséquence d’empêcher la réalisation de certains projets de méthanisation, ou d’en limiter la taille ». C’est pourquoi le gouvernement a décidé de lever cette obligation, en permettant aux producteurs de jouer sur les deux tableaux et de « leur accorder le double bénéfice des dispositifs de soutien existants pour la production d’électricité à partir de biogaz (tarif d’obligation d’achat) et pour la production de biométhane (tarif d’achat garanti). »
À titre d’exemple, le ministère cite la commune lorraine de Morsbach où est installé le Syndicat mixte de transport et de traitement des déchets ménagers de Moselle-est. Ce sera « le premier centre de valorisation de biodéchets par méthanisation à bénéficier de ce nouveau dispositif de soutien. Ce site pourra désormais valoriser simultanément sa production sous forme d’électricité (…), de biométhane injecté dans les réseaux et sous forme de biométhane carburant ».
Le ministère a annoncé le même jour qu’un « plan national biogaz » va être présenté prochainement, dans le cadre du débat national sur la transition énergétique.
Édition du lundi 4 mars 2013 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France