Édition du mercredi 27 février 2019


Imprimer Imprimer

Emmanuel Macron reçoit les élus du Grand Est, François Baroin l'interpelle sur les finances locales

Emmanuel Macron a réuni mardi à l’Elysée quelque 150 maires et élus du Grand Est, dont François Baroin, le président de l’Association des maires de France (AMF), qui l’a interpellé sur les difficultés financières des communes.
Cette rencontre est la huitième à laquelle participe le président depuis le début, le 15 janvier, du grand débat qui doit se poursuivre jusqu’au 15 mars.
Il a appelé au « débat le plus libre possible » en introduisant les échanges avec les maires des chefs-lieux de cantons du Grand Est, les présidents des 10 conseils départementaux (Ardennes, Aube, Bas-Rhin, Haute-Marne, Haut-Rhin, Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle et Vosges) et le président de la région Jean Rottner (LR), reçus à déjeuner à l’Élysée.
Il a expliqué que ce débat ne se tenait pas dans la région, contrairement aux précédents, car il s’était rendu dans le Grand Est début novembre dans le cadre de l’itinérance de la commémoration du centenaire de la fin de la Grande Guerre.
Premier intervenant, François Baroin, maire LR de Troyes, a évoqué les dossiers ayant provoqué des tensions avec l’AMF depuis le début du quinquennat, en réitérant les « regrets » provoqués par la suppression de la taxe d’habitation, qui constitue l’une des principales recettes fiscales des communes. « Quel est l’avenir de la compensation » du montant de cette taxe par l’État, a demandé le maire de Troyes demandé au président.
L’autre question qui « fâche » est celle de la baisse ces dernières années des dotations de l’État qui a pour conséquence « moins d’autonomie de financement » pour les communes et « moins de moyens pour développer les services de proximité ». « Nous avons beaucoup d’attentes », a conclu François Baroin.
À l’issue de cette réunion, le président de l’AMF s’est « félicité » que « les maires soient revenus au premier plan d’un échange naturel avec le président », et salué le fait que celui-ci ait « consacré beaucoup de temps » à écouter les élus. Il a toutefois noté que le chef de l’État n’a « pas apporté toutes les réponses » sur des sujets tels que la taxe d’habitation, la fiscalité locale ou les services publics en milieu rural. Sur la suppression de la taxe d’habitation, « c’est un peu le brouillard, a déploré François Baroin. On a une vision jusqu’à 2020 mais on n’en a pas pour après ».
Le maire de Troyes a également confirmé, à l’issue de cette rencontre, que Territoires unis – l’association constituée de l’AMF, l’ADF et Régions de France – apporterait une « contribution pour un nouvel acte III de la décentralisation » le 13 mars prochain. (Avec AFP)
Édition du mercredi 27 février 2019 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France