Édition du jeudi 24 janvier 2013


Imprimer Imprimer

Rythmes scolaires : l'AMF fait entendre les préoccupations des élus

Le Premier ministre a rpondu hier la demande de l'Association des maires de France de donner plus de temps aux communes pour dcider si elles appliquent la rforme des rythmes scolaires la rentre scolaire 2013 ou la reportent la rentre suivante, en 2014. Les communes auront jusqu' fin mars pour arrter leur dcision. Ce dlai supplmentaire doit permettre que la concertation entre l'Education nationale, les enseignants dans chaque cole, les maires dans chaque commune soit une russite , pour ceux qui ont dcid de changer les rythmes scolaires , a dclar le Premier ministre devant l'Assemble nationale. Jean-Marc Ayrault a ainsi rpondu favorablement l'AMF qui, lundi, avait adress une lettre au ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, pour demander la poursuite de la concertation et le report des dlais de dcision imposs aux communes et aux EPCI (voir Maire info d'hier).
L'AMF prend acte avec satisfaction que le Premier ministre ait rpondu sa demande en acceptant le report d'un mois de la date butoir fixe aux maires. En effet, compte tenu de son impact, l'AMF rclame du temps pour que les maires mnent bien l'ensemble des concertations locales ncessaires pour l'tablissement d'un bon projet , se flicite l'association dans un communiqu publi ce matin. Mais de nombreuses proccupations persistent nanmoins sur le cot de cette rforme que les lus auront mettre en uvre sous leur responsabilit, poursuit l'association. L'AMF, qui s'est positionne ds le dpart, en faveur d'un retour la semaine de quatre jours et demi dans l'intrt de l'enfant, continuera de relayer les fortes proccupations des maires et prsidents d'EPCI sur la mise en uvre concrte et financire de la rforme .
Par ailleurs, la Commission consultative d'valuation des normes (CCEN) a rendu, hier en fin de journe, un avis favorable au projet de dcret prcisant la mise en oeuvre de la rforme. L'examen de ce projet de dcret avait t report faute d'tude d'impact fournie par l'Education nationale.
Ce matin, le ministre de l'Education nationale a confirm, sur France Inter, le prochain assouplissement des taux d'encadrement exigs lors d'activits priscolaires : celui-ci passerait 1 animateur pour 14 enfants de moins de 6 ans (au lieu de 1 pour 10) et de 1 animateur pour 18 enfants de plus de 6 ans (au lieu de 1 pour 14). Selon le ministre, cela rduirait de 30% les cots de ces activits.

Tlcharger le communiqu de l'AMF.
Édition du jeudi 24 janvier 2013 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France