Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux

Édition du lundi 24 novembre 2003
Ville

La « discrimination positive » est « le cœur » de la loi d'orientation et de programmation pour la ville, estime Jean-Louis Borloo

Le ministre de la Ville Jean-Louis Borloo a estimé vendredi à Dijon que la discrimination positive, défendue par le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, était "le coeur" de la loi d'orientation et de programmation pour la ville adoptée l'été dernier. Interrogé lors d'une conférence de presse sur la prise de position de M. Sarkozy, qui avait plaidé, jeudi soir dans l’émission de France 2 « 100 minutes pour convaincre », pour une "discrimination positive" pour l'intégration des musulmans, M. Borloo a répondu: "C'est le coeur de la loi sur la ville". Selon le ministre de la Ville, "le grand malentendu de la République, c'est que l'argent n'arrivait pas dans les quartiers". "Ceux qui n'y vivaient pas pensaient que l'argent était versé et ne comprenaient pas que la situation se détériore et ceux qui y vivaient ne voyaient rien venir", a poursuivi Jean-Louis Borloo, estimant que "la machine était trop compliquée". Selon lui, l'obligation inscrite dans la loi de procéder chaque année pendant cinq ans à un bilan de ce qui a été fait pour résorber notamment le chômage des 15-24 ans peut être considéré comme de la discrimination positive. "On peut appeler cela de la discrimination positive. Tous les ans on fera le même débat, dans les chambres de commerce, dans les chambres de métiers, mais aussi dans les services publics et on leur demandera ce qu'ils ont fait dans les quartiers", a-t-il affirmé. "On n'en a pas mesuré les conséquences à terme, mais les acteurs devront rendre des comptes", a-t-il dit.

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2