Édition du lundi 7 juin 2004


Imprimer Imprimer

L'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) se réunit officiellement ce 7 juin

L'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), chargée de gérer les programmes de démolitions d'immeubles et de rénovation de quartiers sensibles, se réunit officiellement ce 7 juin, sous la présidence de Jean-Paul Alduy, sénateur- maire de Perpignan , et en présence de Jean-Louis Borloo, ministre de la Cohésion sociale . Créée par la loi d'orientation et de programmation pour la ville du 1er août 2003, défendue par le ministre, alors ministre délégué à la Ville, l'ANRU a pour directeur général Philippe Van de Maele, nommé le 10 mars. Son conseil d'administration se réunit pour la première fois ce lundi et l'un de ses premiers gestes sera de finaliser une trentaine de dossiers de rénovation urbaine déjà formalisés, l'objectif étant de signer quelque 150 projets d'ici à la fin 2004. Jean-Louis Borloo avait signé le 25 mai une convention avec la Caisse des dépôts et consignations, qui s'engage à participer à la rénovation urbaine pour 550 millions d'euros sur ses fonds propres sur cinq ans, afin de financer des projets (150 millions d'euros), des investissements immobiliers de long terme (300 millions) et le développement dans les zones franches urbaines (100 millions). "450 millions d'euros, cela correspond à dix ans d'aide de l'Etat en matière d'immobilier dans les quartiers sensibles", avait lancé Jean-Louis Borloo, remarquant, auprès de l'AFP, que "cela ne s'était pas fait sans la complicité de Bercy". Au-delà des moyens accordés au plan de rénovation urbaine (2,5 milliards d'euros accordés par l'Etat sur cinq ans, pour un programme dont le coût est estimé à 30 milliards d'euros), "le plus important, c'est le changement de méthode et la transparence", avait affirmé le ministre. L'ANRU réunit les partenaires de la rénovation : Etat, partenaires sociaux du 1% logement, Caisse des dépôts, HLM. Ses délégués territoriaux accompagnent les projets dans les quartiers ciblés (160 quartiers en déshérence, 550 autres à soutenir), veillant à ce que certains principes soient appliqués : transformation du quartier en profondeur, mixité sociale assurée avec maintien du pourcentage de HLM, concertation, conditions de financement remplies. L'Agence valide ensuite le projet.c=http://www.upgradead
Édition du lundi 7 juin 2004 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France