Édition du vendredi 9 mars 2001


Imprimer Imprimer

Vives critiques des autorités responsables de transports sur le projet de schémas multimodaux de services collectifs de transport de voyageurs et de transport de marchandises

Le Groupement des autorités responsables de transport (GART) regrette, dans un communiqué, que le projet de schémas multimodaux de services collectifs de transport de voyageurs et de transport de marchandises, actuellement en phase de concertation, ne se donne pas les moyens de ses ambitions. En effet, les schémas de services collectifs ont vocation à dresser des orientations et les actions de l'État pour les vingt prochaines années. &#8220; Malheureusement, le document produit par la Délégation à l&#8217;aménagement du territoire et à l&#8217;action régionale (DATAR) programme un quasi statu quo d'ici 2020. Le GART ne peut s'y résoudre et souhaite que les schémas de services ne soient pas une occasion manquée car, en matière de transports, seule une forte impulsion de l'État peut permettre une inversion des priorités et un changement des habitudes &#8221;. Dans une première lecture, le projet présenté en matière de transport de voyageurs et de marchandises constitue une véritable avancée vers une approche multimodale de l&#8217;organisation des déplacements des marchandises et des personnes. Le GART se félicite que ce texte affiche clairement des priorités en faveur du fret ferroviaire, des modes alternatifs à la route et des transports collectifs en milieu urbain et périurbain. D'une manière générale, le projet de schémas de services collectifs de transport semble toutefois manquer d&#8217;inventivité et d&#8217;ambition sur le long terme. Le GART déplore en premier lieu que, parmi les projets évoqués, la route semble toujours et encore tenir le haut du pavé. Le GART constate également l'absence de réelle vision prospective des transports publics, hors réseau ferré national. Dans ce domaine, la balle est sans cesse renvoyée dans le camp des collectivités territoriales, qui sont certes compétentes en matière de transports publics urbains, départementaux et régionaux, mais dont les moyens sont limités. L'actuel mode de financement des transports publics semble considéré comme immuable. Parmi les &#8220; graves lacunes &#8221; de ce projet, le GART regrette particulièrement qu'aucune évolution du système d&#8217;aides de l&#8217;État aux transports publics de province ne soit prévue d'ici vingt ans. Le GART rappelle enfin que les schémas de services collectifs de transport devront intégrer, dans leur version finale, les possibilités ouvertes par la &#8220; loi sur la solidarité et le renouvellement urbains &#8221;, adoptée quelques semaines après la finalisation du document. <s
Édition du vendredi 9 mars 2001 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr