Édition du mardi 29 juillet 2014


Imprimer Imprimer

Autoroute A831 : bras de fer entre les élus locaux et la ministre de l'Écologie

C’est un de ces grands projets d’infrastructures qui avait été approuvé sous le gouvernement Fillon, en 2011 : l’autoroute A831 devait relier, sur une soixantaine de kilomètres, Rochefort (Charente-Maritime) à Fontenay-le-Comte (Vendée). Mais la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, a décidé de s’y opposer, le 26 juillet, en annonçant que la procédure d’appel d’offres n’aurait pas lieu : « Je ne transmettrai pas le dossier de consultation technique aux entreprises », a très clairement déclaré la ministre.
Les raisons du refus de Ségolène Royal sont doubles : difficultés de financement d’abord – l’État devait mettre 137,5 millions d’euros au pot pour financer cette infrastructure dont le coût total était prévu à 900 millions d’euros. Préoccupations écologiques ensuite : le tracé devait traverser le Marais poitevin, qui est tout récemment redevenu Parc naturel régional.
Cette décision a provoqué la colère des élus locaux de toutes tendances sur place. Du président socialiste de la région Pays-de-la-Loire, Jacques Auxiette, au président UMP du conseil départemental de la Charente-Maritime et ancien ministre des Transports, Dominique Bussereau, en passant par les maires de La Rochelle ou de Rochefort, tous dénoncent une décision unilatérale, voire « un caprice ». Ainsi, pour Jacques Auxiette, Ségolène Royal a fait « une déclaration totalement improvisée, alors que les services de l’État, mais aussi ceux des collectivités locales, travaillent en étroite collaboration depuis des semaines à la finalisation du projet ». Dominique Bussereau, quant à lui, affirme que le contournement du Marais poitevin « était déjà pris en compte » dans le projet.
Neuf de ces élus locaux, dans une démarche « transpartis », ont envoyé hier un courrier à Manuel Valls pour lui demander d’arbitrer cette question et de désavouer le choix de sa ministre. Ils dénoncent le « mépris » dont aurait selon eux fait preuve l’ancienne présidente de la région – les élus ayant particulièrement peu apprécié d’apprendre la décision de Ségolène Royal « par voie de presse ».
Quant à la ministre, elle a réagi hier sans mâcher ses mots à ce courrier : « Il faut avoir du courage pour, un moment, dire: ça ne peut pas se faire. Comment est-ce que vous pouvez imaginer faire une autoroute dans le marais poitevin ? » Elle préconise ce qu’elle appelle « une solution de bon sens » : « l’amélioration » de la route nationale et le contournement de la commune de Marans, qui concentre de gros problème de bouchons. Et la ministre de conclure par une pique adressée notamment à Jacques Auxiette : « Notre-Dame-des-Landes, ça ne leur suffit pas ? »
Édition du mardi 29 juillet 2014 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France