Édition du mercredi 30 janvier 2019


Imprimer Imprimer

Un quartier prioritaire de la politique de la ville sur sept dispose d'équipements sportifs variés

Dans sa dernière étude, l’Observatoire national de la politique de la ville (ONPV) s’intéresse à « l’accessibilité à pied aux équipements sportifs structurants » (salles multisports, salles spécialisées dont salles de combat, terrains de grands jeux, courts de tennis, équipements d’athlétisme, bassins de natation) dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). La marche étant, dans ces quartiers, le « premier mode alternatif de déplacement ».
Deux éléments sont essentiellement à retenir : d’abord, 99 % de la population métropolitaine des QPV est « couverte par au moins un équipement ». C’est-à-dire qu’elle peut y accéder en moins de 15 minutes de marche. Dans ce même laps de temps, les habitants des QPV ont accès en moyenne à 15,3 équipements – en particulier les salles multisports - contre 10,3 dans « les autres quartiers des unités urbaines comprenant au moins un QPV ».
Derrière ce très bon taux de couverture, bien plus important que dans les autres quartiers (où il est de 90 %), se cachent des « réalités locales moins favorables » et une offre « peu variée » : selon l’ONPV, seul un quartier prioritaire de la politique de la ville sur sept dispose d’équipements sportifs variés (avec au moins cinq des six types d’équipements accessibles à tous les habitants en moins de 15 minutes de marche). Ainsi, « les bassins de natation, équipements coûteux à la construction et à l’entretien, sont difficiles d’accès à pied dans six quartiers prioritaires sur dix (779 sur les 1296 QPV de métropole), où résident la moitié des habitants des quartiers prioritaires », notent les auteurs de l’étude. Les équipements les plus accessibles aux habitants des QPV sont les salles multisports (accessibles en moins de 15 minutes de marche à 95 % des habitants des QPV), les salles spécialisées (86 %), les terrains de grands jeux (86 %), puis les équipements d’athlétisme (72 %) et, ensuite, les courts de tennis (53 %) et les bassins de natation (47 %).

40 quartiers « sous-dotés »
Certains quartiers sont encore moins bien fournis. Selon le rapport, 40 quartiers sont « sous-dotés ». 14 d’entre eux « ont plus de la moitié de leur population à plus de 15 minutes de marche du plus proche équipement sportif structurant ». Tous ont un profil commun : ils sont de petite taille et comptent moins de 3 000 habitants.
L’accès à pied aux équipements sportifs pour les habitants peut aussi varier selon « le type de quartier prioritaire dans lequel ils résident ». Dans les quartiers prioritaires de type « centres anciens », l’accès à pied « aux terrains de grands jeux et aux terrains de tennis est plus difficile » que dans les autres quartiers de type HLM.
Basée pour l’essentiel sur deux indicateurs – « l’un mesurant la part de la population ayant accès aux équipements en moins de 15 minutes de marche, et l’autre mesurant le nombre moyen d’implantations d’équipements accessibles dans ce laps de temps pour les habitants du quartier » – l’étude dit aussi qu’« une bonne accessibilité à pied ne signifie pas accès (…) Des difficultés d’accès, en termes de coûts, d’horaires, de disponibilité ou dimensionnement de l’équipement, ainsi que de frein culturel, notamment pour les jeunes filles, existent ».
Ludovic Galtier
Télécharger l’étude.
Édition du mercredi 30 janvier 2019 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France