Édition du vendredi 31 août 2007


Imprimer Imprimer

Loyers: «retour au calme» sur le marché locatif privé

Les prix des loyers en France connaissent un relatif «retour au calme» sur le marché locatif privé qui, selon l'observatoire Clameur, retrouve une nouvelle vigueur depuis le début de l'été 2007, mais doit répondre à une plus grande exigence des candidats à la location. L'étude publiée jeudi par Clameur fait état d'une progression de 2,7% en 2007 contre 3,5% en 2006, 5,1% en 2005 et 3,9% en moyenne chaque année depuis 1998, sur la base de 125.000 références nouvelles par an dans 840 villes. «Le temps des hausses rapides de loyers paraît maintenant terminé», selon le professeur d'économie Michel Mouillart (Paris X-Nanterre) qui a réalisé cette étude pour Clameur, parlant d'un «retour au calme après une vigueur insolente au cours des dernières années». Malgré ce ralentissement de la hausse des loyers, le marché locatif a retrouvé de la vigueur depuis le début de l'été 2007 en raison notamment d'un taux de mobilité résidentielle des ménages qui s'est établi autour de 30,7%, «un niveau atteint habituellement durant les bonnes années sur le marché locatif privé». Cependant, ce marché s'est transformé. Pour preuve, le rapport de Clameur note l'allongement des délais moyens de remise en location, «les portefeuilles de biens disponibles ont enflé» et «les exigences des candidats sont plus grandes aujourd'hui que par le passé». Les propositions de loyers des propriétaires ont dû «largement en tenir compte pour faciliter une mise en relocation rapide des biens». Ce sont surtout les petits logements, 2 pièces et moins, qui sont le plus sensibles à cette évolution, «la demande y a été particulièrement affectée par les hausses des loyers de ces dernières années alors que les aides personnelles n'étaient quasiment pas revalorisées». Ainsi, depuis le début de l'année 2007, les loyers des studios ont progressé de 1,9%, contre 3,9% en moyenne chaque année entre 1998 et 2006. En outre, les situations sont très contrastées selon les régions. Les loyers sont au-dessus de 10 euros/m2/mois dans la moitié de la France. Mais ils sont de 17,1 euros le m2 dans l'Ile-de-France (20,8 euros pour Paris et 21,1 pour Neuilly-sur-Seine) et de seulement 6,9 euros/m2 en Franche-Comté. Et l'étude de Clameur révèle des situations très disparates, avec une baisse des loyers à Grasse (-2,3%), à Narbonne (-2,2%) ou encore à Tarbes (-1,8%) et Bayonne (-0,2%). En revanche, certaines villes connaissent des hausses sensibles comme Saint-Brieuc (+8,2%), Auxerre (+8,1%), Saint-Nazaire (+5,1%) ou encore Bergerac (+6,6%). Créé en 2006, Clameur (Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux) rassemble les données qui lui sont fournies par ses partenaires: l'ANAH, Bouygues Immobilier, la CNAB, Foncia, la Foncière Logement, Habitat & Développement (SIRES), Nexity, les Pact Arim, SeLoger, Tagerim, le SNPI et l'UNPI. D'ici la fin de l'année, Clameur mise sur une couverture de 1.000 villes en France et s'apprête à accueillir de nouveaux partenaires tels que la Fédération française du bâtiment (FFB), l'Union d'économie sociale pour le logement (UESL) et le conseil général des Hauts-de-Seine. L’observatoire ne prend en compte que les contrats de location privés dûment enregistrés, ce qui exclut de facto tous les engagements oraux et donc une grande partie de l'activité des marchands de sommeil qui louent des logements trop souvent insalubres.c=http:/
Édition du vendredi 31 août 2007 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France