Édition du jeudi 23 janvier 2003


Imprimer Imprimer

De moins en moins de logements inoccupés en France

Le nombre de logements vacants, environ deux millions, n'a jamais été aussi bas dans l'Hexagone depuis trente ans, alors que le nombre de résidences principales a stagné ces six dernières années, selon une étude de l'lnstitut national de la statistique et des études économiques (INSEE) publiée jeudi. Les Français ont acheté davantage entre 1998 et 2002 que les années précédentes, majoritairement dans l'ancien, mais le nombre de personnes locataires restait stable. Au 1er janvier 2002, le parc de logements en France métropolitaine atteignait 29,5 millions de logements, dont 24,5 millions de résidences principales, d'après l'étude de l'INSEE. Le nombre de logements principaux a progressé de 290 000 par an pour 310 000 logements de plus entre 1992 et 1996, mais leur nombre a ralenti entre 1997 et 2002 avec 250 000 par an. En revanche, le nombre de résidences secondaires, qui avait stagné entre 1992 et 1996, a connu une hausse entre 1997 et 2002 avec 50 000 logements de plus par an. Avec deux millions de logements vacants (soit 6,8% du parc total), la France a enregistré en 2002 son taux le plus bas de logements vides depuis la fin des années 1960. Près de la moitié de ces logements (51%) étaient des appartements dont 43% dans l'habitat collectif. La majorité (54%) étaient des logements anciens, construits avant la Seconde Guerre mondiale. Seuls 4,5% des logements neufs (moins de quatre ans) étaient inoccupés. C'est la région parisienne qui a affiché le taux de vacance le plus faible avec 6,2%, mais les communes rurales ont également enregistré une régression du nombre de logements vides (passant de 9,3 à 6,8%). En matière de construction, les chiffres restaient stables par rapport au début des années 1990 avec 310 000 nouveaux logements par an entre 1998 et 2001 pour atteindre 1,2 million de logements début 1998 et début 2002. Ces logements neufs étaient occupés en majorité par leur propriétaire (54% des logements neufs en 2002 contre 45% en 1996). A noter le rôle du prêt à taux zéro avec 57% des accédants à la propriété dans le neuf qui ont bénéficié de ce prêt. Parmi les nouveaux propriétaires qui ont préféré le neuf à l'ancien, 61% ont choisi une maison individuelle à un appartement. Cependant, les 2 260 000 ménages français qui ont acheté un logement entre début 1998 et début 2002 ont en majorité porté leur choix sur l'ancien : trois logements sur quatre ont été achetés dans l'ancien au cours de ces quatre années. Près d'un ménage sur six (59%) ayant acheté leur résidence principale à cette période est devenu propriétaire pour la première fois et 94% de ces acquisitions ont été réalisées à crédit. En 2002, 56% des ménages étaient propriétaires de leur résidence principale contre 38% de locataires.</scr
Édition du jeudi 23 janvier 2003 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France