Édition du Jeudi 21 juillet 2016


Imprimer Imprimer

Suite à l'attentat de Nice, des événements annulés, d'autres sous sécurité renforcée

Faute de « garantie satisfaisante de sécurité », plusieurs événements estivaux viennent d’être annulés à Paris. Après l’attentat de Nice, la préfecture de police de Paris a ainsi décidé d’annuler, hier, la piétonisation des Champs-Elysées prévue le 7 août, le festival de cinéma en plein air qui devait se tenir dans les parcs et jardins de la ville ainsi que le tournoi de basket Quai 54 annoncé sur la pelouse de Reuilly les 23 et 24 juillet. L'opération Paris Plages inaugurée hier a été maintenue mais avec un dispositif de sécurité renforcé alors qu’une sécurisation spécifique du site de la Villette sera également mise en place.
En raison du deuil national, qui a suivi l’attentat, plusieurs événements et de nombreux feux d’artifice, dont celui de Marseille, avaient déjà été annulés. A Nice, le concert de la chanteuse Rihanna, qui était prévu le 15 juillet au stade de l'Allianz Riviera, ainsi que le Nice Jazz Festival, qui devait se dérouler du 16 au 20 juillet, ont été abandonnés. La baignade et l'accès aux plages publiques et privées ont même été interdits entre l'aéroport de Nice et la plage Beau-Rivage.
Sur la sellette depuis quelques jours, les 80e Fêtes de Bayonne seront finalement maintenues. Elles démarreront le 27 juillet comme prévu, mais avec des mesures de sécurité renforcées pour accueillir le million de visiteurs attendus. Près de 600 policiers, militaires et gendarmes y seront mobilisés, selon France Bleu Pays Basque.
Pour leur part, députés et sénateurs sont parvenus hier soir à un accord en commission mixte paritaire (CMP) sur le projet de loi prolongeant l'état d'urgence pendant six mois (lire Maire info d’hier), après que le Sénat a adopté le texte en le renforçant.
Lors de cette CMP, les députés ont accepté plusieurs amendements des sénateurs tels que l’interdiction des rassemblements dont la sécurité ne serait pas assurée et la facilitation de fermeture des lieux de culte dans lesquels sont tenus des propos incitant à la haine et à la violence. L’automaticité de la peine complémentaire d’interdiction de territoire français pour les personnes étrangères condamnées pour terrorisme a également été retenue ainsi que l'interdiction de la semi-liberté pour les condamnées en rapport avec le terrorisme.
Ce compromis doit encore être entériné par l'Assemblée puis par le Sénat dans la journée.

Édition du Jeudi 21 juillet 2016 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr