Édition du mercredi 8 octobre 2014


Imprimer Imprimer

La Réunion : remous autour de la baisse de l'aide à l'achat du billet d'avion

La baisse, prévue dans le budget 2015, de l'aide de l'Etat à l'achat du billet d'avion dont ont bénéficié 350 000 Réunionnais en quatre ans, provoque une levée de boucliers dans l'île, notamment à droite. Des maires et le président UMP de la région ont dénoncé une « trahison » du gouvernement, tout en annonçant leur volonté d'oeuvrer au maintien du dispositif.
Instaurée en 2010 et cofinancée par le conseil régional et l'Etat, l'aide forfaitaire à la continuité territoriale, versée sous conditions de ressources dans les Dom, a permis à 350 000 Réunionnais de bénéficier d'une prise en charge de 360 euros sur l'achat de leur billet d'avion Réunion-Métropole. Le prix d'un billet oscille entre 750 euros en basse saison et 1000 à 1500 euros en haute saison.
La semaine dernière, lors de la présentation du budget 2015, la ministre des Outre-Mer, George Pau-Langevin, a annoncé que cette aide ne serait plus versée chaque année mais tous les trois ans, notant une « explosion » de son montant. « Cette ligne a augmenté de 50% en 4 ans, se traduisant par des ponctions croissantes sur les moyens du ministère consacrés à d'autres priorités », a expliqué la ministre, indiquant que les plafonds d'aide « tous publics » passeront en 2015 à « 80% de leur niveau actuel » afin de préserver le financement de la formation et de la mobilité des jeunes.
« Trahison », ont crié en choeur des élus de droite de l'île, dont le président de la Région, Didier Robert, qui a annoncé le maintien du dispositif actuel. « Le gouvernement veut faire une économie de 11 millions d'euros par an sur le dos des Réunionnais. Cette position est inadmissible. C'est une insulte à l'encontre de chaque Réunionnais », ont dénoncé onze maires de droite, dans un communiqué.
La région ne reculera pas sur le montant de l'aide qui s'élève à 24 millions d'euros pour 2014 (73 millions en 4 ans), a annoncé de son côté Didier Robert, notant le « succès du dispositif » depuis son instauration.
Pour compenser la baisse de la subvention, il a menacé de faire payer à l'Etat le loyer des 342 logements de fonction mis gracieusement par la Région à la disposition des fonctionnaires dans les établissements scolaires de l'île. « Ce qui dégagerait une enveloppe de 4 à 5 millions d'euros », a-t-il indiqué. « Nous sommes des Français à part entière. La possibilité de se déplacer est un principe constitutionnel », a-t-il ajouté. (Afp)
Édition du mercredi 8 octobre 2014 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France