Édition du Lundi 9 mai 2005


Imprimer Imprimer

Débat sur une seconde "autoroute électrique" dans le Sud

La gigantesque coupure d'électricité qui a plongé la région Provence-Alpes-Côte d'Azur dans le noir vendredi soir, a relancé le débat sur la création d'une seconde "autoroute électrique" prévue dans le Verdon, où les opposants à ce projet sont montés au créneau pour réclamer l'enfouissement des lignes. Un million de personnes ont été privées de courant dans la soirée de vendredi, à la suite de la coupure décidée par la préfecture des Bouches-du-Rhône de la double ligne de 400 000 volts qui dessert toute la région. Une décision prise pour permettre l'intervention d'avions bombardiers d'eau sur un feu de forêt à proximité de pylônes électriques, près de Vitrolles (Bouches-du-Rhône). Des Bouches-du-Rhône au Vaucluse, et jusqu'à Cannes et Nice, la majeure partie des abonnés a été privée d'électricité pendant environ trois quarts d'heure, pendant cinq heures pour les plus pénalisées, sans toutefois provoquer de conséquences autres que des appels angoissés dans les centres d'intervention et de secours, et quelques interventions pour dégager des personnes bloquées dans les ascenseurs. "Cette situation ne fait que confirmer l'extrême dépendance de la région PACA à cette seule artère d'alimentation en électricité, d'où le projet de ligne à très haute tension Boutre-Carros", dans le parc régional du Verdon, a déclaré samedi à l'AFP Yves Decoeur, chef du département développement-maintenance Sud-est pour le Réseau de transport d'électricité (RTE). Le président de la région PACA, Michel Vauzelle, a également relevé "la fragilité du système de distribution de l'énergie" dans la région, en demandant sur France-Info "un service public qui fasse qu'on ne dépende pas d'un mécanisme extrêmement centralisé, mais qu'existent des dispositifs de secours avec des personnels techniques en nombre suffisant". "Il est du devoir de l'Etat de maintenir un service public et une surveillance extrêmement étroite, et des dispositifs qui fassent qu'on n'ait pas une telle fragilité par rapport à un seul point névralgique", a-t-il ajouté. Opposée depuis vingt ans au projet Boutre-Carros, traversant le site classé des Gorges du Verdon, et qui pourrait voir le jour en 2007, l'Association pour la protection du lac de Sainte-Croix a déclaré samedi qu'"une fois de plus, l'actualité donne raison à ceux qui assurent depuis des années que les lignes à haute tension doivent être enfouies". "L'incendie de Velaux prouve que les lignes à moyenne et haute tension construites en pleine forêt sont dangereuses. Selon les statistiques nationales, 40% des feux de forêt sont causés par les lignes à haute tension", a indiqué dans un communiqué, le porte parole de l'association, Robert Ferrato, en dénonçant "le choix de l'aérien qui ne correspond qu'à une logique financière à court terme". Pour RTE en revanche, "l'important est d'avoir une seconde ligne pour sécuriser l'alimentation de la région. L'enfouissement est secondaire", affirme M. Decoeur, en ajoutant que des lignes enterrées sont "dévastatrices sur les milieux naturels". Selon lui, "elles nécessitent une emprise d'une dizaine de mètres de large qui l'on ne peut pas planter".<
Édition du Lundi 9 mai 2005 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr