Édition du jeudi 5 février 2015


Imprimer Imprimer

Naissance officielle pour la nouvelle Agence du numérique

C’est par un décret et signé du Premier ministre et de la secrétaire d’État chargée du Numérique, Axelle Lemaire, que l’Agence du numérique a officiellement vu le jour hier. Cette agence nationale, attendue depuis longtemps, naît de la fusion de trois entités : la mission Très haut débit, France Tech (ou mission Quartiers numériques) et la Délégation aux usages de l’internet. Elle sera rattachée à Bercy.
Le décret liste les missions de cette nouvelle agence : d’abord, « piloter et mettre en œuvre le plan France Très haut débit », en « accompagnant et en conseillant les collectivités territoriales dans la préparation de leurs projets de déploiement de réseaux à très haut débit ». L’Agence sera certainement un partenaire important des collectivités, puisqu’elle devra veiller à l’organisation « d’une concertation entre les opérateurs et les collectivités territoriales », préparer les conventions, assurer « le suivi des projets sur les plans technique et financier » et « instruire les demandes de décaissement transmises par les collectivités territoriales ».
La deuxième mission de l’agence correspond à celle anciennement dévolue à France Tech : piloter les actions du programme « Quartiers numériques », programme qui ne vise pas, comme son nom pourrait le faire croire, à développer le haut débit dans les quartiers défavorisés, mais à développer les start-up numériques et les hisser « à un niveau international ». L’agence soutiendra les collectivités territoriales qui souhaitent accompagner ces projets.
Enfin, l’Agence du numérique devra « favoriser la diffusion des outils numériques et le développement de leurs usages par la population ». À cette fin, elle « apporte ses conseils et son expertise aux collectivités territoriales, aux associations, aux collectifs citoyens et aux réseaux d'entreprises pour leurs projets de développement des usages et des services numériques dans les territoires ».
Reste à savoir quel sera le budget de l’agence. Naturellement, elle devrait récupérer la gestion des fonds dédiés à ses différentes missions – pour la mission Très haut débit, par exemple, l’État avait mis 3,4 milliards d’euros au pot. Mais l’Agence elle-même devrait en revanche avoir un budget de fonctionnement très réduit, « sans doute inférieur à un million d’euro » selon un proche du dossier cité ce matin par La Tribune.
Édition du jeudi 5 février 2015 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France