Édition du mardi 22 janvier 2019


Imprimer Imprimer

Sport pour tous : deux Français sur trois ont pratiqué une activité physique en 2018

Le 17 janvier, la ministre des Sports Roxana Maracineanu dévoilait, de concert avec l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (Injep), les résultats du premier Baromètre national des pratiques sportives (réalisé par le Credoc l’été dernier auprès d’un échantillon de 4 061 individus de 15 ans et plus). Une « boussole », qui permettra, selon l’ancienne nageuse, « d’affiner et d’orienter au mieux nos politiques publiques ». Notamment celles relatives au sport pour tous, l’un des deux piliers (avec la haute performance) de la future Agence nationale du sport préfigurée actuellement par Frédéric Sanaur. L'ancien directeur général de la Fédération française d'athlétisme devrait « en toute logique » être bientôt nommé directeur général de cette agence (lire Maire info).
Les conclusions de ce Baromètre bisannuel prouvent - s’il le fallait - que le sport est plébiscité par les Français. Ils sont deux sur trois (chez les 15 ans et plus), soit un peu plus de 36 millions, à avoir « eu une pratique sportive au cours des douze derniers mois ». « En y intégrant les activités physiques et sportives à des fins utilitaires comme les déplacements quotidiens à pied, à vélo ou encore à trottinette », la proportion de pratiquants atteint 75 %. Une majorité est engagée dans une pratique sportive amateur régulière (52 % des Français pratiquent leur sport principal une fois ou plus par semaine) et autonome et un pratiquant sur quatre est licencié d'une fédération sportive.

« Une pratique inégale selon les populations »
La course et la marche (footing, ultra-trail, randonnée pédestre, marche nordique, marche athlétique) sont les activités physiques les plus pratiquées (40 % au global) toutes catégories confondues (hommes, femmes, moins et plus de 40 ans). Suivent les activités de la forme et de la gymnastique (22 %), les sports aquatiques et nautiques (20 %) et les sports de cycles et motorisés (18 %).
S’agissant du profil du pratiquant, « la règle qui prévaut est que le taux de pratique des hommes est supérieur à celui des femmes et que l’on pratique plus souvent avant 40 ans qu’à partir de cet âge [hormis la course et la marche, la pratique du sport est divisée par deux après 40 ans, ndlr], analysent les auteurs de l’étude.
Les différences ne s’arrêtent pas uniquement au sexe du pratiquant. « La pratique reste inégale selon les populations : les plus âgés, les peu diplômés, les bas revenus et, dans une moindre mesure, les femmes et les personnes résidant hors des grandes agglomérations ont moins souvent une pratique sportive », assurent les auteurs de l’enquête.

Plus de pratiquants dans l'agglomération parisienne et en outre-mer
En effet, le taux de non-pratiquants est moins élevé en agglomération parisienne (31 %) que dans des agglomérations comptant entre 2 000 et 100 000 habitants (38 %). L’Île-de-France, la région Auvergne-Rhône-Alpes ainsi que les départements et régions d'outre-mer (DROM) comptent le moins de non-pratiquants : 20 % à La Réunion, contre 41 % dans les Hauts-de-France.
De façon étonnante, il y a une « absence de corrélation entre l’offre d’équipements sportifs structurants sur le territoire et la non-pratique ». « Les territoires caractérisés par les plus faibles densités d’équipements sportifs se situent en agglomération parisienne et dans les DROM (23,7 équipements pour 10 000 habitants, contre 57,2 en ex-Picardie par exemple), là où le taux de non-pratique est le plus faible ». Ce qui fait dire au Crédoc que « davantage que la création d’équipements, le renforcement du maillage territorial des transports pourrait donc constituer un levier à la pratique notamment pour les populations résidant dans les zones rurales ».
La marge de progression du nombre de pratiquants est encore importante, d’autant que « parmi les 34 % de Français qui n’ont aucune pratique sportive, une personne sur cinq souhaite se (re)mettre au sport ». Une donnée qui sera sans doute vue d'un bon oeil par Emmanuel Macron. D’ici la fin de son quinquennat en 2022 et en prévision des Jeux olympiques qui se disputeront en France en 2024, le président de la République s'est fixé l'objectif d'atteindre la barre des 3 millions de pratiquants supplémentaires.
Ludovic Galtier
Télécharger le premier Baromètre national des pratiques sportives.
Édition du mardi 22 janvier 2019 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France