Édition du lundi 22 décembre 2014


Imprimer Imprimer

Risques terroristes : Bernard Cazeneuve souhaite que les maires prennent des mesures de sécurité

En quelques heures, entre hier après-midi et hier soir, deux forcenés se sont attaqués l’un à des policiers, à Joué-lès-Tours, l’autre à des passants, à Dijon. Pour ces deux agressions, la piste d’une attaque à motivation religieuse est évoquée par la police et le ministère de l’Intérieur, qui veut maintenant « sensibiliser les maires afin de garantir la sécurité des policiers municipaux ».
C’est à 14 h hier que la première attaque s’est déroulée : un homme a pénétré dans le commissariat de Joué-lès-Tours, en Indre-et-Loire, et a agressé trois policiers à l’arme blanche avant d’être abattu par les agents. L’agresseur était, selon le ministère de l’Intérieur, connu pour « des faits de délinquance de droit commun » ; en revanche, son frère serait sous surveillance pour ses liens avec l’islam radical, et le jeune homme lui-même a récemment, toujours selon la police, affiché un drapeau de l’État islamique sur son compte Facebook. Le parquet a donc ouvert une enquête pour « tentative d’assassinat en lien avec une entreprise terroriste », le procureur de la République de Tours, Jean-Luc Beck, affirmant que le jeune homme a commis son agression en criant « Dieu est grand » en arabe.
Tard dans la soirée, c’est à Dijon, en Côte-d’Or, qu’un déséquilibré de 40 ans – suivi en hôpital psychiatrique – a foncé sur des passants en voiture, à cinq endroits différents de la ville. La course folle a duré une demi-heure avant que les policiers ne réussissent à appréhender le forcené, qui a blessé onze personnes, dont deux très grièvement. Selon des témoins, raconte la police, le conducteur aurait lui aussi proféré des slogans religieux. Mais, prudent, le ministère de l’Intérieur écrivait quelques heures plus tard, dans un communiqué, que « seules les investigations de la justice pourront déterminer les motivations exactes de cet acte ».
La situation a de quoi inquiéter, quelques semaines après que l’organisation terroriste Daesh eut désigné la France comme cible pour des attentats, et appelé ses partisans à « frapper des Français », et alors que des attaques de ce type ont eu lieu ces dernières semaines contre des policiers aux États-Unis, des parlementaires au Canada, sans parler de la prise d’otage du café Lindt en Australie, la semaine dernière. Dans ces conditions, le ministre de l’Intérieur annonce que des mesures « immédiates » vont être prises « pour renforcer la sécurité des personnels au sein des services de police et des unités de gendarmerie ». Bernard Cazeneuve a également demandé au DGSCGC (directeur général de la sécurité civile et de la gestion des crises) ainsi qu’à tous les préfets « de sensibiliser les maires et les présidents de services départementaux d’incendie et de secours pour des mesures soient prises afin de garantir la sécurité des policiers municipaux et des sapeurs-pompiers, également exposés en raison de leur tenue d’uniforme ».
Contactés ce matin par Maire info, les services du ministère de l'Intérieur nous ont précisé que, pour des raisons de sécurité évidentes, ils ne souhaitaient pas rendre publiques les mesures de protection envisagées, mais que les maires et les présidents de SDIS seraient informés directement par les préfets, comme Bernard Cazeneuve en a donné instruction.
Édition du lundi 22 décembre 2014 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France