Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux

Édition du vendredi 16 novembre 2012
Sécurité

La Cour des comptes critique l'emploi des CRS sur les plages et provoque la colère des maires

Dans un rapport consacré à « l’organisation du secours en montagne et de la surveillance des plages » publié mercredi dernier, la Cour des comptes prend fermement position contre l’emploi des maîtres-nageurs sauveteurs des CRS pour surveiller les plages. Ce rapport a provoqué la colère des maires de communes littorales.
Les recommandations de la Cour des comptes sont lapidaires : «
Supprimer complètement à terme la participation de policiers au dispositif de surveillance des plages en période estivale ». Pour motiver cet avis, les membres de la Cour arguent que « l’emploi (des CRS) en qualité de maîtres-nageurs sauveteurs (MSN) n’est pas explicitement prévu » par la loi, que « le dispositif d’affectation manque de transparence » et que, « s’agissant des conditions très avantageuses dans lesquelles des remboursements sont demandés aux communes qui se voient attribuer des renforts saisonniers de MNS CRS », les procédures mises en uvre sont « irrégulières ». En attendant la « suppression » préconisée de la participation des CRS à la surveillance des plages, et leur remplacement par des sauveteurs civils, la Cour des comptes recommande donc « d’adopter des textes réglementaires permettant de facturer régulièrement aux communes non seulement les frais de mission et de transport mais aussi les autres dépenses supportées par l’État pour cette mise à disposition de fonctionnaires ».
Ces recommandations quelque peu brutales ont été peu appréciées des maires des communes balnéaires. André Ledran, maire de Ouistreham (Calvados), estime que la Cour «
ignore la réalité », et explique que l’utilité des MNS-CRS réside précisément dans leur double compétence de sauveteurs et de policiers : « Sur une plage, il y a des problèmes de sauvetage, mais aussi des problèmes de police », auxquels des sauveteurs civils ne pourraient, selon lui, faire face. « Que les CRS soient sur la plage ou dans une caserne à attendre une éventuelle manifestation, je crois qu’ils sont plus utiles sur les plages. C’est l’avis de tous les maires », a ironisé André Ledran. Avis partagé par le maire de La Baule, Yves Metaireau, qui qualifie l’avis de la Cour « d’irresponsable ». « La Cour balaye, sans donner de solution, la sécurité des personnes au bord de la mer », estime l'élu. 

Télécharger le rapport de la Cour des comptes.

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2