Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du mercredi 13 juillet 2022
Ruralité

Service civique dans les territoires ruraux : où en est-on ?

Dans le cadre de l'Agenda rural - feuille de route du gouvernement en faveur des territoires ruraux - les missions de Service civique en milieu rural se sont particulièrement développées. Ce sont d'ailleurs les collectivités territoriales qui proposent aux jeunes de s'engager pour ces territoires.

Par Lucile Bonnin

 « L'avenir des territoires ruraux est la jeunesse. Elle doit donc être l'une des priorités »  , déclarait Joël Giraud, ancien secrétaire d'État chargé de la ruralité, lors du troisième comité interministériel aux ruralités en septembre 2021. 

Les conclusions de la mission d’information sénatoriale Jeunesse et citoyenneté : une culture à réinventer, déposée en juin dernier par le sénateur Henri Cabanel, insistent aussi sur l’importance d’accompagner le développement du service civique dans les territoires ruraux. 

Dans le cadre de l'Agenda rural (plan d’action du gouvernement en faveur du développement des territoires ruraux), les missions de service civique sont amenées à se développer de plus en plus dans les territoires ruraux. 

Cette dynamique bénéficie d’abord aux jeunes qui sont en recherche d'utilité sociale. Le deuxième comité interministériel aux ruralités avait ainsi, en novembre 2020, qualifié le développement du service civique en milieu rural de « vrai potentiel à la fois pour donner des perspectives d'engagement à des jeunes ruraux et pour permettre à des jeunes d'autres territoires de découvrir les zones rurales ». 

Le développement du service civique représente aussi un véritable avantage pour les territoires ruraux. En 2019, le rapport Ruralités : une Ambition à partager, 200 propositions pour un Agenda Rural qualifiait le service civique de « formidable outil pour recréer du lien social et intergénérationnel dans les territoires »  et recommandait son extension. 

Aujourd’hui, l’Agence du Service civique dresse un bilan des programmes mis en place dans les territoires ruraux et estime que la « mobilisation rencontre un franc succès »  et qu’elle doit se poursuivre. 

35 000 volontaires en 2021 

Hier, via un communiqué de presse, l’Agence du Service civique a dévoilé le nombre de missions en Service civique réalisées sur les territoires ruraux. Résultat : en 2021, 35 550 jeunes ont été volontaires dans les territoires ruraux, soit près d’un quart de l’ensemble des volontaires. Ce chiffre représente, selon les estimations, une « progression de 4 points par rapport à 2020 »  où 26 427 jeunes s’étaient engagés.  

« Cet effort inédit et les résultats exceptionnels obtenus ont été rendus possibles grâce à la coopération étroite avec les acteurs des territoires, les élus locaux, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) et grâce à l’engagement des associations et tous les organismes d’accueil sur le terrain » , peut-on lire dans le communiqué. 

Collectivités et service civique 

Un appel à manifestation d'intérêt avait été lancé en 2021 et a permis de financer 24 projets d’intercommunalités. Chaque collectivité lauréate a bénéficié d’un soutien financier à hauteur de « 35 000 euros par an pour recruter et former des coordinateurs territoriaux, chargés de développer le Service civique sur leur territoire. » 

Périscolaire, accompagnement aux devoirs, solidarité intergénérationnelle (animation en Ehpad, utilisation du numérique, lutte contre l'isolement des personnes âgées), social, sports, tourisme, culture, espaces verts : les missions confiées par les collectivités aux volontaires peuvent être très variées. 

Cette expérimentation avait pour but d’encourager l’accueil de volontaires en zones rurales et surtout au sein de collectivités territoriales. En effet les collectivités territoriales sont « une piste majeure pour développer le service civique, plus particulièrement en milieu rural », comme le note le sénateur Henri Cabanel qui en profite pour rappeler qu’actuellement, « seuls 12 % des missions se déroulent au sein d'une collectivité territoriale. »  Un effort est néanmoins constaté du côté de l’Agence du service civique qui dénombre en 2021 entre 500 et 600 collectivités territoriales dans leur réseau. 

Les élus peuvent également se saisir des programmes européens portés par l’Agence du service civique : Erasmus + avec son volet Jeunesse et Sport (lire Maire info du 1er avril) et le Corps européen de solidarité. Les collectivités peuvent aussi mettre en place des projets européens tels que : du volontariat, des échanges de jeunes et des mobilités d’acteurs de jeunesse et des projets de partenariat. 

Des améliorations possibles selon les élus 

À travers une consultation organisée sur la plateforme du Sénat pour la mission d’information Jeunesse et citoyenneté, les élus locaux ont pu donner leurs avis sur le service civique. 

Si les retours sont plutôt positifs sur le développement du service civique pour les collectivités rurales, une difficulté de taille a été identifiée par certains élus : la mobilité des jeunes volontaires. La mission sénatoriale a d’ailleurs suggéré la mise en place par l’État d’un soutien pour prendre en charge les contraintes spécifiques du service civique en milieu rural.

Plusieurs élus locaux ont également « émis le souhait de faciliter le recrutement en créant un pool de demandeurs vers qui les collectivités pourraient se tourner, ou encore de rendre possible la mutualisation de volontaires par plusieurs communes. »  Car il n’est pas toujours aisé de pouvoir proposer une mission complète à un jeune lorsque la collectivité est de petite taille. La mutualisation de volontaires par plusieurs communes peut être une solution pour élargir le spectre des collectivités accueillantes. 

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2