Édition du vendredi 20 février 2009


    Imprimer Imprimer

2.500.000 personnes ayant en 2006 un logement personnel déclarent en avoir été privées au moins une fois dans le passé, selon l'INSEE

En métropole, selon un enquête de l’INSEE (1), 2.500.000 personnes ayant en 2006 un logement personnel déclarent en avoir été privées au moins une fois dans le passé: 78% ont été hébergées par un tiers, 14% dans un service d’hébergement, 11% ont dormi dans un lieu non prévu pour l’habitation (rue, véhicule, etc.). Parmi les 540.000 personnes qui ont connu la rue ou les services d’hébergement, nombreuses sont celles dont la situation demeure difficile. Elles se plaignent plus souvent de leurs conditions de logement et de leur voisinage; près du quart d’entre elles sont au chômage et elles vivent dans des quartiers où le taux de chômage est beaucoup plus élevé que la moyenne. De même, leur niveau de vie est plus faible et elles ont du mal à garder leur logement à cause de difficultés financières. Pour les anciens sans-domicile, la situation reste moins favorable. «Etre sans domicile, indique l’INSEE, c’est-à-dire passer ses nuits dans un service d’hébergement ou un lieu non prévu pour l’habitation, est un cas extrême de difficulté de logement. Comparer les anciens sans-domicile et les sans-domicile enquêtés en 2001 permet de comprendre qui, parmi ces derniers, a pu retrouver un logement; comparer les sans-domicile et ceux qui ne l’ont jamais été (ou le sous-ensemble de ceux qui n’ont jamais connu de période sans logement personnel) permet de comprendre qui a la probabilité la plus forte de se retrouver sans domicile.» Comparés à la population qui a toujours eu un logement personnel, les anciens sans-domicile comptent davantage d’hommes, d’étrangers, de moins de 50 ans et de personnes sans diplôme. Ils vivent plus souvent sans conjoint, qu’ils soient seuls ou à la tête d’une famille monoparentale. Ces traits sont encore plus marqués chez les sans-domicile. Les anciens sans-domicile sont dans une meilleure situation par rapport à l’emploi que les sans-domicile - que celle-ci se soit améliorée avant ou après le moment où ils ont retrouvé un logement. Ils sont malgré tout plus souvent au chômage que ceux qui ont toujours eu un logement, et lorsqu’ils travaillent, c’est plus rarement en CDI et plus fréquemment comme ouvriers ou employés. (1) «Une personne sur vingt s’est retrouvée sans logement personnel au cours de sa vie», "INSEE Première", février 2009. Pour accéder à l’ensemble des résultats, voir lien ci-dessous.
Édition du vendredi 20 février 2009 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France