Édition du mardi 30 mars 2010


Imprimer Imprimer

En 2008, 3,1 millions de personnes âgées de 18 à 50 ans, nées en France métropolitaine, sont enfants d'immigrés

Selon une étude de l’Insee (1), «en 2008, 3,1 millions de personnes âgées de 18 à 50 ans, nées en France métropolitaine, sont enfants d’immigrés». Cette étude précise que «la moitié d’entre elles ont moins de 30 ans. 50% ont deux parents immigrés, 20% sont descendants d’immigrés uniquement par leur mère et 30% uniquement par leur père». Dans neuf cas sur dix, l’autre parent est né en France. «Une fois sur dix, l’autre parent est né Français à l’étranger». C’est essentiellement au-delà de 40 ans que les descendants d’un seul parent immigré sont majoritaires (six fois sur dix). Dans la plupart des cas, seul le père est immigré. L'étude constate aussi que «la moitié des descendants âgés de 18 à 50 ans, soit 1,5 million, sont enfants d’immigrés venus d’Europe. Issus d’une immigration ancienne, ils sont plus âgés: les trois quarts des descendants de 46 à 50 ans ont des parents d’origine européenne, contre trois sur dix parmi les 18-20 ans». Ainsi, un quart de l’ensemble des descendants est issu de l’immigration ancienne d’Italie et d’Espagne. «Parmi les plus jeunes descendants, les lignées italiennes et espagnoles sont en revanche très peu présentes», est-il souligné. Par contre, la descendance d’origine portugaise est «négligeable pour les naissances antérieures au milieu des années soixante». Elle a une importance plus grande parmi les descendants trentenaires en 2008. À cet égard, l’Insee souligne que «cette vague migratoire a toutefois été très concentrée dans le temps: la part de ses descendants décroît parmi les plus jeunes». Enfin, 9% des descendants ont un parent venu d’un autre pays de l’actuelle Union européenne, principalement la Pologne puis l’Allemagne. Ces descendants d’immigrés représentent 15% des descendants plus âgés, mais seulement 5% des jeunes adultes. Autre caractéristique relevée par les auteurs de l’étude, «près du quart des descendants ayant la nationalité française ont au moins une autre nationalité» et, en ce qui concerne la transmission de la langue française, celle-ci a été «transmise dans leur enfance par au moins un de leurs parents. À la génération suivante, les descendants devenus eux-mêmes parents parlent français avec leurs enfants vivant en France, dans 99% des cas». Enfin, il est observé que «la répartition régionale des descendants d’immigrés est proche de celle des immigrés. 32% des descendants directs d’immigrés, âgés de 18 à 50 ans, sont franciliens, contre 42% des immigrés de 18 à 60 ans arrivés en France depuis plus de quinze ans et 21% de l’ensemble des 18-50 ans». Cette répartition se rapproche plus de celle de la population française pour les descendants dont un des deux parents est né en France. En Île-de-France, selon l’Insee, «les jeunes descendants d’immigrés sont proportionnellement beaucoup plus nombreux que leurs aînés. Le Nord - Pas-de-Calais est la seule région où la part des descendants parmi les plus jeunes (7%) est légèrement inférieure à celle parmi les plus âgés (8%)». (1) "INSEE Première" n° 1287 - Mars 2010. Pour accéder à Insse-Première, utiliser le lien ci-dessous.
Édition du mardi 30 mars 2010 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France