Édition du jeudi 9 février 2012


    Imprimer Imprimer

Plan de surveillance et de contrôle du chlordécone dans les produits de la pêche dans les départements de la Guadeloupe et de la Martinique pour les années 2012 et 2013

Dans la continuité du plan national d'action 2008-2010, un second plan national d'action 2011-2013 a été mis en place afin de poursuivre la réduction de l'exposition des populations en chlordécone et d'assurer la qualité de la production alimentaire locale.
Le chlordécone est un produit antiparasitaire qui a longtemps été utilisé en Martinique et en Guadeloupe pour lutter contre le charançon du bananier. Cette substance très stable a été détectée dans les sols et peut contaminer certaines denrées végétales ou animales, ainsi que les eaux de certains captages.
Cette contamination constitue une préoccupation sanitaire, environnementale, agricole, économique et sociale. Prise en compte dans le Plan national santé environnement (PNSE) adopté en 2004, elle a mobilisé l’Etat et ses opérateurs au sein de plans locaux lancés par les préfets avec l’appui des comités de bassin dès 1999. Le suivi et le renforcement de ces derniers sont assurés en Guadeloupe par le Groupe régional d’étude des pollutions par les produits phytosanitaires (GREPP) et en Martinique par le Groupe régional phytosanitaire (GREPHY).
Les objectifs de ce plan d’action sont de:
«renforcer la surveillance de la santé de la population et la connaissance des problèmes cliniques et environnementaux liés au chlordécone;
«continuer à réduire l’exposition de la population au chlordécone;
«proposer des mesures d’accompagnement en agriculture et améliorer la surveillance des sols et des produits des jardins familiaux. La communication sera développée pour que la population antillaise puisse accéder à toutes les informations utiles dans le domaine des pratiques agricoles ou de la consommation des aliments.»
La fiche n°27 du plan national d'action chlordécone 2011-2013 prévoit d'assurer la surveillance des produits de la mer produits, consommés ou mis sur le marché en Martinique et en Guadeloupe. Il s'agit notamment de surveiller et de contrôler la conformité de ces denrées issues de la production locale à la limite maximale de résidus (LMR) fixée pour le chlordécone.
Une récente circulaire du ministre de l’Agriculture (1) présente le nouveau plan de surveillance et de contrôle qui est destiné d'une part à s'assurer de la conformité moyenne des produits de la mer vis-à-vis du seuil réglementaire et d’autre part à vérifier l’efficacité des mesures de gestion prises pour les années 2012 et 2013.
Les résultats de ces plans au titre de l'année 2012 sont attendus pour le 15 février 2013 et ceux au titre de l'année 2013 sont attendus pour le 15 février 2014.

(1) Note de service (DGAL/SDSSA/N2012-8023) du 30 janvier 2012.
Pour télécharger la circulaire (PDF 95 Ko), utiliser le lien ci-dessous.
Édition du jeudi 9 février 2012 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France