Édition du vendredi 3 avril 2015


Imprimer Imprimer

L'Agence française de développement soutient plus de 75% des collectivités d'outre-mer

L'Agence française de développement (AFD), qui a augmenté de 3% ses financements outre-mer en 2014, a consolidé son action vers les collectivités territoriales ultramarines dont les trois quarts sont désormais accompagnées, selon son rapport annuel présenté hier.
2014 a été une « nouvelle année historique » pour l'AFD, qui a engagé pour 1,548 milliard d'euros de crédits d'intervention dans les onze territoires français d'outre-mer, contre 1,506 milliard en 2013, avec « une augmentation en faveur des collectivités », a déclaré Jean-Marc Gravellini, directeur des opérations de l'AFD, lors d'une conférence de presse.
L'outre-mer représente 19% de l'activité de l'AFD. La Réunion, département le plus peuplé, reçoit le plus de financements (574 millions d'euros), puis vient l'ensemble Guadeloupe- Saint Martin - Saint Barthélemy (318 millions d'euros), la Martinique (302 millions d'euros), la Nouvelle-Calédonie (140 millions d'euros), la Guyane et la Polynésie à égalité (84 millions d'euros), Wallis et Futuna (3 millions d'euros) et enfin Saint-Pierre et Miquelon (0,1 million d'euro).
Sur les 1,548 milliard d'euros, l'AFD en finance un milliard en compte propre et 500 millions pour le compte de la BPI. Dans les grandes masses, 919 millions sont affectés au secteur public, soit une hausse de 43% par rapport à 2013, et 119 millions au secteur privé. « 75% des collectivités d'outre-mer ont un encours auprès de l'AFD », a souligné Jean-Marc Gravellini.
« Les communes représentent la moitié des bénéficiaires publics en nombre et 13% en volume », a souligné le directeur. Ces collectivités sont particulièrement touchées par les difficultés à se financer à court terme, le réseau bancaire classique n'assurant pas cette fonction dans les outre-mer.
L'AFD a des outils de préfinancement des subventions européennes qui ont été étendus en 2014 aux subventions de l'Etat, permettant ainsi de débloquer des opérations d'investissement qui ne se faisaient pas faute de trésorerie.
Si l'aménagement urbain et les équipements sont le poste le plus important d'intervention (545 millions d'euros), l'accent est mis sur l'environnement (préservation des espaces naturels, assainissement, énergies renouvelables, 224 millions d'euros), suivi de la cohésion sociale (santé, médico-social, logement, éducation, 159 millions d'euros), et enfin le secteur productif, c'est à dire les acteurs économiques privés (60 millions d'euros).

Télécharger le rapport de l’AFD.
Édition du vendredi 3 avril 2015 image
Journal Officiel

Journal Officiel du vendredi 3 avril 2015

Ministère de la Transition écologique et solidaire
Ministère de la Transition écologique et solidaire
Ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France