Édition du mardi 20 septembre 2011


    Imprimer Imprimer

Alcool et drogues: un dispositif de communication spécifique aux Outre-mer

Marie-Luce Penchard, ministre chargée de l’Outre-mer, et Nora Berra, secrétaire d’Etat chargée de la Santé, ont présenté lundi 19 septembre la nouvelle campagne de prévention des dangers de la toxicomanie spécialement conçue pour les outre-mer. Cette conférence de presse s’est déroulée en présence d’Etienne Apaire, président de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT), et de Thanh Le Luong, directrice générale de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES). En 2011, l’INPES a élaboré un travail de synthèse faisant état des données épidémiologiques et des usages de substances psychoactives dans les départements d’outre-mer (DOM). Ces résultats sont les seuls disponibles dans l’attente d’une enquête plus importante, le Baromètre santé DOM, qui sera mis en place par l’Inpes en 2012 et qui permettra notamment d’obtenir des données plus précises sur la population adulte. Cette étude a montré que, «de manière générale, les habitants des département d’outre-mer sont globalement moins concernés par les pratiques addictives que les habitants de la métropole, mais elle a aussi mis en évidence des spécificités: «- Chez les jeunes, à La Réunion, si l’usage régulier d’alcool reste stable, les épisodes d’alcoolisation ponctuelle et les ivresses sont plus fréquentes en 2008 qu’en 2005. Par ailleurs les ivresses y sont plus précoces: 31% des jeunes ont déjà été ivres à 13 ans contre seulement 16% en métropole. Les jeunes des trois départements, Martinique, Guadeloupe et Guyane présentent à 17 ans des taux d’usage régulier d’alcool et d’ivresses répétées plus faibles que ceux de la métropole et stables depuis 2005. Le cannabis est la drogue illicite la plus consommée dans les DOM suivi de très loin par la cocaïne. «- Chez les adultes, les quatre départements La Réunion, Martinique, Guyane et Guadeloupe se placent dans les six régions les plus concernées par le risque de dépendance à l’alcool (La Réunion 13,6%, Martinique 12,6%, Guyane 12,5% et Guadeloupe 10,8%). Concernant les drogues illicites, les modèles des trois départements français d’Amérique apparaissent relativement proches, avec deux produits illicites phares: le crack et le cannabis, ce dernier étant toutefois moins consommé qu’en métropole, même s’il est très accessible». La MILDT, l’INPES, le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé et le ministère chargé de l’Outre-mer déploient dans les départements d’outre-mer un vaste dispositif de communication en trois volets: la prévention de la consommation d’alcool chez les jeunes, la prévention de la consommation de drogues illicites et la promotion des dispositifs d’écoute, de conseil et de prise en charge des consommateurs d’alcool, de drogues ou de leur entourage. Pour accéder au détail de la Campagne de prévention des dangers de la toxicomanie spécialement conçue pour les outre-mer, utiliser le lien ci-dessous.
Édition du mardi 20 septembre 2011 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France