Édition du Jeudi 26 mars 2015


Imprimer Imprimer

Le livre blanc sur la fonction publique territoriale présenté début 2016

Avec l’élaboration d’un livre blanc sur la fonction publique territoriale, le président du Conseil supérieur de la FPT, Philippe Laurent, compte faire franchir une « nouvelle étape » au CSFPT, à la tête duquel il a été réélu le 11 mars dernier après un premier mandat de quatre ans (lire Maire info du 12 mars).
Ces travaux de réflexion, associant les employeurs et les représentants syndicaux, devraient aboutir début 2016, a indiqué Philippe Laurent, lors d’un point presse hier. Fini le temps où le CSFPT n’était qu’une chambre d’enregistrement et se limitait à donner des avis. Avec ce document, le CSFPT veut se montrer « pro-actif » et « conforter sa place » au sein du conseil commun de la fonction publique. Le CSFPT espère rallier à sa cause les syndicats, même si l’adoption à l’unanimité du livre blanc n’est, à ce stade, pas acquise. Qu’importe, à travers cette nouvelle feuille de route, « l’esprit et la méthode comptent autant que le résultat », a affirmé Philippe Laurent.
Le principe même de ce livre blanc avait été annoncé par le président du CSFPT lors de son discours d’investiture le 11 mars dernier. L’objectif est de dresser un diagnostic sur l’état de la fonction publique territoriale aujourd’hui et de « tracer des perspectives », a souligné Philippe Laurent. Il ne devrait en rien perturber les débats sur le dialogue social ou la rédaction de textes en cours sur les parcours, les rémunérations et les carrières. Le livre blanc est aussi et avant tout un document de cadrage, « politique », a dit Philippe Laurent. Le contexte n’est pas étranger à ce positionnement. Alors que la FPT vit une période trouble et agitée du fait de la réforme territoriale et qu’un « fonctionnaires bashing » émerge dans le débat public, le CSFPT compte défendre la place et le rôle de la fonction publique territoriale. Ce statut, qui a plus de 30 ans, est protecteur pour les agents mais aussi pour les élus. « Si demain il n’y avait plus de statut, il n’est pas certain que les élus auraient les coudées franches », a insisté Philippe Laurent qui perçoit le statut comme un garde-fou contre les dérives salariales, aussi bien que comme un rempart contre les communautarismes.
« Il ne peut pas y avoir de service public de qualité sans fonctionnaires », a-t-il martelé, tout en tenant à souligner l’engagement au quotidien des agents, souvent fiers d’arborer les couleurs de leur ville. Ce cri du cœur en faveur des agents territoriaux n’a pas empêché le président du CSFPT de mettre sur la table le problème de l’absentéisme, très souvent dénoncé par nombre de rapports et d’études. Maire de Sceaux, Philippe Laurent n’a pas caché la difficulté à lutter contre les arrêts maladie ordinaires avant d’insister sur l’importance de la prévention dans la lutte contre les accidents du travail. Au-delà de la question de l’absentéisme, le CSFPT devrait se pencher sur le temps de travail, et l’application des 35 heures dans les collectivités, mais aussi sur les données statistiques en matière d’effectifs, pomme de discorde entre la Cour des comptes, l’Etat et les collectivités régulièrement montrées du doigt pour embaucher à tour de bras. Un « baromètre » est attendu dans ce domaine. Ce travail sera effectué en lien avec l'AMF, et pourrait être présenté au moment du Congrès des maires 2015.
X.S.
Édition du Jeudi 26 mars 2015 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr