Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du lundi 5 juillet 2021
Numérique

Numérique : 71 % des Français ont au moins réalisé une démarche administrative en ligne en 2020

Les résultats de l'édition 2021 du Baromètre du numérique ont été révélés, jeudi, par l'Arcep, le Conseil général de l'économie, le programme Société numérique de l'Agence nationale de la cohésion des territoires et le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc).

Par Ludovic Galtier

Amplifié par la crise sanitaire, le développement des usages numériques en 2020 est indéniable, selon les résultats, dévoilés jeudi 1er juillet, du Baromètre du numérique*. Trois quarts des Français ont, par exemple, échangé avec des proches via des outils numériques, 62 % ont recherché de l’information en ligne sur le covid-19 et 33 % ont télétravaillé. 

Par rapport à 2017, « 15 % de la population supplémentaire s’estime dorénavant compétente pour utiliser un ordinateur, pour un total de plus de 8 Français sur 10 [82 %, ndlr], se réjouit Cédric O, secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques. Cependant, la crise sanitaire a eu aussi pour effet délétère de marginaliser davantage ceux encore à l’écart du numérique, tant ce dernier est devenu vital ». 35 % des Français éprouvent, en effet, au moins une forme de difficulté avec les outils numériques : 18 % des Français ne maîtrisent, par exemple, pas suffisamment les outils informatiques pour pouvoir les utiliser pleinement et 11 % sont équipés, mais l’équipement est dépassé ou trop vieux pour bien fonctionner. Décryptage des principaux résultats.

Les moins diplômés, les ruraux et les plus pauvres en difficulté en ligne

Au global, de plus en plus, les Français effectuent leurs démarches administratives sur internet. 71 % des personnes interrogées ont, au cours de l'année écoulée, accompli en ligne une démarche administrative (+ 5 points par rapport à 2019).

Les individus les moins diplômés, qui disposent d’un niveau de vie faible et qui résident en zone rurale font toutefois état de moins de compétences et d’aptitudes à utiliser les outils bureautiques ou à réaliser des démarches en ligne. Phénomène inquiétant, « quand la démarche administrative n’a pas été menée à terme sur internet, dans 36 % des cas, elle n’a pas été effectuée du tout ».

L’accompagnement humain est donc naturellement plébiscité par les usagers en difficulté avec le numérique ou ceux ne disposant d'aucun point d'entrée vers internet (9 % de la population). Parmi les Français les moins à l’aise avec les outils numériques, 56 % préfèreraient que quelqu’un leur montre comment réaliser seul la démarche administrative en ligne et 32 % souhaiteraient que quelqu’un fasse la démarche à leur place. C’est tout l’intérêt de la politique qui est menée, défend Cédric O. Le gouvernement a impulsé, en effet, le déploiement (laborieux) de 4 000 conseillers numériques d’ici 2022 et décidé la généralisation d’Aidants Connect. 

84 % des 12 ans et plus possèdent un smartphone

En attendant, jamais le taux de pénétration du smartphone chez les personnes âgées de 12 ans et plus avait atteint un tel niveau. « Une ascension fulgurante ! »  Fin 2020, 84 % d’entre eux, le chiffre bondit de sept points en un an, possédaient ce type de téléphone portable connecté à Internet. « 79 % d’entre eux ont fait l’usage des messageries instantanées et 67 % ont téléphoné via des applications . Près d’un quart des détenteurs de smartphone, à l’inverse, ne téléchargent pas d’applications. » 

Plus globalement, c’est l’utilisation de l’ensemble des équipements numériques qui progresse au cours de l’année écoulée, marquée par deux confinements de plusieurs semaines chacun et la montée en puissance du télétravail, près d’une personne sur deux (45 %) a indiqué avoir passé un appel par visioconférence ces douze derniers mois, et de l’école en ligne. 

« Quel que soit l’équipement numérique (smartphone, tablette, ordinateur, téléphone fixe [84 % des individus équipés, une proportion en croissance pour la première fois depuis 2013, ndlr], enceinte connectée), la proportion d’utilisateurs augmente significativement, et notamment l’usage des tablettes (58 % des individus en utilisent une, + 17 points), des enceintes connectés (24 %, + 13 points) et des ordinateurs (88 %, + 12 points) ».

« Un enjeu environnemental » 

(De nouveau) supplanté de peu par les ordinateurs, dont « le besoin d’un usage quotidien a été massif »  pour maintenir, notamment lors des confinements successifs, la communication avec l’extérieur, les smartphones sont au cœur d’un « enjeu environnemental ». Ils représentent, en effet, « une part significative des émissions de gaz à effet de serre, notamment lors de leur conception, à savoir 11 % de l’empreinte globale du numérique en 2019, selon le rapport d’information du Sénat ». 

« La limitation de l’importation et du renouvellement des terminaux est le principal levier d’actions qui permettra d’atténuer l’empreinte carbone du secteur, expliquait, à Maire info en janvier, le sénateur Patrick Chaize, auteur d’une proposition de loi, adoptée depuis par l’Assemblée nationale, visant à réduire l’empreinte environnementale du numérique. Il est donc urgent de « prolonger la durée de vie de ces terminaux, aujourd’hui de 23 mois seulement », défendait le sénateur. 

« L’achat de smartphones neufs (seuls 17 % des répondants déclarent détenir un smartphone de seconde main) et leur renouvellement relativement rapide constituent donc une norme », constatent les auteurs du Baromètre. Dans la majorité des cas (37 %), les personnes interrogées déclarent avoir renouvelé leur smartphone parce qu’il ne fonctionnait plus correctement ou que le système d’exploitation n’était plus mis à jour. Dans ces cas, accroître la réparabilité ou permettre la mise à jour du système d’exploitation sur une durée plus longue conduirait sans doute à l’accroissement de la durée d’utilisation ». Le recyclage des anciens terminaux est une autre piste à creuser pour réduire leur empreinte numérique : 53 % d’entre eux sont conservés à domicile au lieu d’être reconditionnés ou recyclés. Selon Cédric O, 100 millions de smartphones dormiraient dans les tiroirs des Français. 

*Le Baromètre du numérique est piloté par l’Arcep, le Conseil général de l’économie (CGE), le programme Société numérique de l’Agence nationale de la cohésion des territoires et le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc).

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2