Édition du vendredi 26 janvier 2018


Imprimer Imprimer

Les villes cyclables demandent des actes en 2018

Prime à l'achat de vélo électrique, généralisation de l'indemnité kilométrique... Le gouvernement doit prendre des mesures concrètes, et financées, s'il veut montrer un engagement réel en faveur du vélo, a souligné hier le Club des villes et territoires cyclables.
« On sent une volonté politique forte au plus haut niveau de reconnaître un rôle important au vélo. Et cette parole va peut-être en 2018 se transformer en texte législatif ou en évolutions » réglementaires, a estimé son président, Pierre Serne, lors d'une conférence de presse. « Mais nous restons vigilants. La question des financements est cruciale, de même que la traduction d'une volonté politique en stratégie nationale », a dit ce conseiller régional EELV d'Ile-de-France, alors qu'un plan national vélo et un projet de loi d'orientation des mobilités sont attendus ce premier semestre. « Notre vraie crainte c'est que, même quand il y a conviction et des déclarations fortes comme celles de la ministre des Transports (Elisabeth Borne), il y a Bercy, qui souvent transforme des déclarations sincères en pas grand chose », ajoute l’élu.
Les Villes cyclables dénoncent notamment un décret pris le 31 décembre sur les vélos à assistance électrique, qui réserve l'aide à l'achat aux habitants de collectivités fournissant déjà des subventions. « Ce n'est pas très juste », déplore Pierre Serne, qui espère une révision de ce dispositif censé remplacer les dispositions actuelles au 1er février.
Les territoires appellent aussi au financement par l'Etat d'infrastructures, souvent lourdes, permettant aux pistes de franchir noeuds routiers ou ferroviaires. Une mesure qui selon eux permettrait de faire un bond dans l'usage du vélo. Autre mesure espérée, la généralisation de l'indemnité kilométrique vélo.
En attendant, des parlementaires ont relancé hier, au côté du Club des villes, le Club des élus nationaux pour le vélo, pour réunir députés et sénateurs cyclistes et pousser les mesures en faveur de ce mode de transport.
« Nous ferons en sorte que ce quinquennat soit celui du vélo », a assuré le député LREM Guillaume Gouffier-Cha. Pour son collègue Matthieu Orphelin (LREM), « il faut en faire une vraie priorité, y compris en investissements ». « Mais le plus compliqué c'est le changement de pratique : il faut des mesures incitatives comme l'indemnité kilométrique vélo », a-t-il dit, appelant grandes entreprises, collectivités et même l'Assemblée nationale à la mettre en place pour leurs employés.
Pour le député, « les parlementaires pourraient aussi montrer un peu plus l'exemple » en choisissant le vélo plutôt que la voiture pour des trajets d'un ou deux kilomètres. (AFP)
Édition du vendredi 26 janvier 2018 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France