Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux

Édition du mercredi 7 mars 2018
Logement

Promotion immobilière : la demande reste forte en 2017, portée par les ventes au secteur HLM

Alors que la demande de logements neufs est restée forte en 2017 et a renoué avec les niveaux d’avant-crise, les professionnels de l’immobilier restent nuancés jugeant la croissance du marché « pas suffisamment équilibrée ». C’est la conclusion du bilan de l’année 2017 présenté par la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) qui pointe la trop grande part que représentent les ventes de logements aux organismes HLM.
En effet, si les ventes de logements neufs ont encore crû de 5,9 % l’an passé avec près de 158 000 logements (concernant près de 360 000 personnes) et une augmentation de 7,2 % des réservations sur le dernier trimestre 2017 par rapport à celui de 2016, les ventes aux particuliers ont stagné avec une progression de 1,1 %, dont une baisse de 3,1 % lors du dernier trimestre 2017 par rapport à 2016 à la même période.
Les ventes totales augmentent ainsi principalement sous l’effet des ventes en bloc de logements sociaux au secteur HLM qui ont progressé de 30,5 % en un an avec plus de 34 000 logements alors même que la réforme des APL devrait affecter la politique d’investissement des bailleurs sociaux à l'avenir. Une dépendance qui inquiète la FPI, d’autant que ces ventes « s’opèrent à un volume de prix trop bas ».
« Les deux marchés de la vente aux particuliers et aux bailleurs sociaux atteignent aujourd’hui leurs limites en termes de prix : limite à la hausse pour les ménages, limite à la baisse pour les HLM. Dans les deux cas, la soutenabilité du modèle est en cause », estime la présidente de la FPI, Alexandra François-Cuxac.
En 2017, la hausse des prix a ainsi été limitée à 1,8 %, contre 2,5 % en 2016, pour une inflation estimée à 1 % par l’Insee. Cette tendance globale à la stabilité des prix « suscite à la fois la satisfaction et l’inquiétude »  puisqu’elle montre, d’un côté, « le lien positif entre les volumes et les prix »  et, de l’autre, elle confirme « un problème de solvabilité des ménages ».
Si la FPI juge les « fondamentaux de la demande plutôt bien orientés »  pour 2018, notamment « grâce aux décisions du gouvernement sur le Pinel et le PTZ en zones tendues », elle estime que « plusieurs facteurs pourraient aussi jouer en sens inverse (évolution des taux d’intérêt, recentrage géographique des aides, etc.) ». Dans ces conditions, indique-t-elle, « maintenir en 2018 le niveau élevé d’activité de 2017 serait un résultat positif ».
Pour remédier aux déséquilibres, la présidente de la FPI souligne que « l’action des pouvoirs publics nationaux comme locaux est fondamentale »  et « doit s’articuler autour d’un unique objectif : produire du logement privé plus accessible, grâce à la simplification, la libération du foncier, la lutte contre les recours abusifs ou la maîtrise des coûts de construction ». Des propositions qui doivent être portées par le projet de loi Elan.
A.W.

Télécharger le dossier de presse.
Télécharger le bilan de 2017 en chiffres.

S'ABONNER GRATUITEMENT NOUS ÉCRIRE
PARTAGER
IMPRIMER
Retrouver une édition

Sur le site de l'AMF
Accéder au site