Édition du mardi 18 septembre 2018


Imprimer Imprimer

Entreprises publiques locales : 7,4 % d'entre elles géraient 51 % de leur patrimoine en 2016

Dans l’édition 2018 de son Observatoire des entreprises publiques locales (EPL) immobilières qu’elle vient de publier, la Fédération des EPL constate que le secteur du logement était « dynamique » en 2016.
Avec un patrimoine de 561 155 logements (dont près de 400 000 conventionnés) possédés ou gérés par des EPL il y a deux ans, celui-ci permettait de loger 1,4 million de personnes dans toute la France et avait progressé de 2 %.
Dans le même temps, les EPL avaient augmenté leurs mises en chantier de 4,4 % cette année-là pour atteindre 18 573 logements. Elles étaient en nette augmentation que ce soit en métropole (+7,6 %) ou en outre-mer (11,4 %). « Les régions Île-de-France, Rhône-Alpes, ainsi que l’outre-mer se démarquent par leur productivité », constate la fédération qui note que « la production reste majoritairement de type locatif et essentiellement social » puisque « 17 706 logements locatifs ont été mis en chantier, soit une progression de 9 % ».
Selon l’observatoire, la majorité des EPL présentaient une situation financière « bonne », voire « excellente » en 2016. C’était ainsi le cas pour 63 % d’entre elles tandis que 21 % des 136 EPL étudiées présentaient une situation financière « fragile ou difficile ». Cela représente trois points de plus par rapport à 2015. Au total, « 29 sociétés sont particulièrement suivies car elles présentent des signes avérés de fragilité financière, le plus souvent dus à une production trop importante au regard des capacités financières de l’EPL ou au contexte territorial qui entraîne de la vacance », détaillent les auteurs de l’étude.
Ceux-ci observent également que les EPL possédaient un patrimoine moyen de 2 985 logements (gérés et/ou possédés) et qu’environ 18 % d’entre elles géraient, il y a deux ans, un parc supérieur à 3 000 logements alors que 39 % géraient un parc restreint de moins de 500 logements.
Leur patrimoine est fortement concentré puisque 7,4 % des EPL géraient près de 51 % du patrimoine global. Ainsi, 34 EPL immobilières possédaient un parc de plus de 3 000 logements chacune (représentant à elles seules 79,5 % du parc locatif global des EPL) et 10 EPL seulement avaient un patrimoine supérieur à 10 000 logements (51 % du parc total).
À l’inverse, les EPL de moins de 500 logements – qui représentaient donc 39 % des sociétés – ne géraient que 3,1 % du parc. « On constate que ce sont les structures de 500 à 2 999 logements qui ont le plus diminué, soit parce qu’elles ont grandi, soit parce qu’elles ont fusionné avec d’autres », souligne la fédération.
De la même manière, les mises en chantier restaient très inégales selon les EPL puisque 9 % d’entre elles avaient mis en chantier 87 % des logements, tandis que 64 % n’en avaient lancé aucun sur l’exercice. Toutefois, « il ressort qu’une grande partie des EPL participent à l’effort de construction, quelle que soit la taille de leur parc », indique l’observatoire.
A.W.

Télécharger l’Observatoire des EPL 2018.
Édition du mardi 18 septembre 2018 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France