Édition du lundi 18 février 2013


    Imprimer Imprimer

Santé au travail : moins de contraintes horaires mais plus d'agressions pour les agents de la FPT

Les agents de la fonction publique territoriale (FPT) sont moins soumis que les autres salariés aux contraintes de rythme de travail, mais plus souvent victimes d’agressions de la part du public, selon la dernière enquête de surveillance médicale des expositions aux risques professionnels (Sumer), publiée ce mois-ci par la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), la Direction du travail, et la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP).
Réalisée entre 2009 et 2010, c’est la première fois que l’enquête Sumer couvre la fonction publique territoriale (FPT) et environ 40% des agents de la fonction publique d’Etat (FPE), contrairement aux éditions de 1994 et 2003.
Il en ressort que les agents de la FPT subissent moins de contraintes que la moyenne des salariés du public et du privé dans leur rythme de travail : 11,3% ont déclaré travailler la nuit, même occasionnellement, contre 14,5% en moyenne ; 12,4% ont travaillé plus de 40 heures la semaine précédente (17,5% en moyenne).
En revanche, ils sont plus sujets aux agressions verbales de la part du public dans le cadre de leur travail : 21,7% des agents de la FPT ont déclaré avoir été victime de plus d’une agression au cours des douze derniers mois, contre 13,3% des salariés du privé. Le chiffre est similaire pour les deux catégories en ce qui concerne les agressions physiques ou sexuelles : 1,2% ont subi au moins une agression de ce type dans le cadre du travail. Les plus exposés aux agressions de la part du public restent les agents de la fonction publique hospitalière (29,3% ont vécu plus d’une agression verbale, 6,4% au moins une agression physique ou sexuelle). De manière générale, les agents de la FPT sont plus souvent en contact avec le public que les salariés du privé (86,8% contre 73,2%).
Par ailleurs, les agents de la FPT et de la FPE (l'échantillon étudié par l’enquête) déclarent plus souvent que les autres salariés manquer d’informations « claires et suffisantes » et de formation « suffisante et adaptée » pour exercer correctement leur travail. Dans la FPT, le nombre de jours de formation est de fait plus faible en moyenne que celui observé dans les autres versants de la fonction publique.
L’enquête Sumer a été menée en 2009-2010 par 2.400 médecins du travail auprès d'un échantillon de 48.000 salariés, représentatif d'un champ élargi et quasi complet de 22 millions de salariés du privé et du public, excluant toutefois les enseignants et les agents des ministères sociaux et de justice.

Télécharger l'enquête.
Édition du lundi 18 février 2013 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France