Édition du Lundi 3 juin 2019


Imprimer Imprimer

Les finances des collectivités en excédent, l’investissement à la hausse

L’Insee a publié, la semaine dernière, sa première évaluation des comptes des administrations publiques (État, collectivités territoriales et Sécurité sociale) pour 2018. Cette étude confirme la tendance observée l’année précédente : les investissements des collectivités, après plusieurs années de baisse sensible, repartent à la hausse.
Premier constat : les finances des Apul (administrations publiques locales, c’est-à-dire les collectivités territoriales dans leur ensemble et les organismes d’administration locale tels que les caisses des écoles, Sdis, CCAS, etc.) sont excédentaires – autrement dit, celles-ci ont gagné un peu plus qu’elles ont dépensé en 2018. Les recettes (+ 2,6 %) ont augmenté un peu plus que les dépenses (+ 2,4 %), portant l’excédent budgétaire des Apul à 2,3 milliards d’euros, contre 1,6 milliard l’année précédente.

L’investissement « très dynamique »
En 2018 encore, donc, les collectivités ont dégagé un excédent, mais cette fois, contrairement à la situation qui a prévalu pendant plusieurs années, ce n’est pas dû à une diminution des investissements. On se souvient en effet qu’en 2015, lorsque pour la première fois depuis des années les finances locales avaient connu un excédent, les responsables des associations d’élus avaient pointé que cet excédent n’avait rien d’une bonne nouvelle, puisqu’il était la marque d’un effondrement des investissements – dû à la baisse drastique des dotations de l’État. Cette fois, note l’Insee, la situation est différente et l’investissement des collectivités est « très dynamique » : il a crû de 8,6 % en 2018, après une hausse de 5,9 % en 2017, s’établissant l’an dernier à 46,3 milliards d’euros, alors qu'en 2014, il avait reculé de 8,3 %, et de 9,7 % en 2015. En volume, cependant, l’investissement des collectivités reste relativement bas et limité au niveau de 2008 (46 milliards d’euros en 2008). Il est probable, comme le craint l'AMF, que le niveau d'investissement du mandat précédent ne sera pas atteint.
L’Insee note que le dynamisme de l’investissement est particulièrement notable « dans les communes » et pour la Société du Grand Paris.

Maîtrise des dépenses
L’excédent budgétaire des Apul provient aussi de la maîtrise des dépenses, en particulier des dépenses de fonctionnement qui, conformément aux souhaits du gouvernement, ont été cantonnées en 2018 à une hausse de 1,2 %. On note également une diminution notable des intérêts versés (- 5 %).
Les rémunérations ont beaucoup moins augmenté cette année (+ 0,7 %) que l’an dernier (2,3 %). En cause, selon l’Insee : la non-revalorisation du point d’indice, l’instauration d’un jour de carence et le report à 2019 de la réforme Parcours professionnels, carrières et rémunérations (PPCR). Les autres dépenses (consommations intermédiaires, prestations sociales versées) augmentent à rythme un peu plus soutenu.
Enfin, le bon résultat de 2018 s’explique par une augmentation des recettes : + 5,6 % pour les impôts et cotisations sociales, et 8,3 % pour les revenus de la propriété. Ce sont, note l’Insee, les régions qui ont le plus bénéficié de cette augmentation des recettes fiscales, « par la mise en place d’un transfert de TVA aux régions en contrepartie d’une suppression de leur dotation globale de fonctionnement ». La hausse s’explique également par « la revalorisation forfaitaire des bases locatives » votée en loi de finances pour 2018.

L’État, moins performant
Comme souvent, on peut constater dans cette étude que l’État se montre moins bon élève que les collectivités. Du côté des administrations publiques centrales (Apuc), le déficit s’élève à un peu plus de 72 milliards d’euros. On notera en particulier qu’alors que le gouvernement impose aux collectivités une limitation de la hausse des dépenses de fonctionnement à 1,2 %, l’État n’a pas été capable d’atteindre cet objectif : ses dépenses de fonctionnement ont crû de 1,7 % en 2018. Les investissements des administrations publiques centrales ont décru (- 0,6 %). Elles investissent toujours environ deux fois moins que les collectivités (27 milliards d’euros contre 46).
Franck Lemarc
Télécharger l’étude de l’Insee.
Édition du Lundi 3 juin 2019 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr