Édition du mercredi 13 décembre 2006


Imprimer Imprimer

L'investissement des collectivités locales pourrait progresser de 5% en 2007

L’investissement des collectivités locales s’inscrit en net rebond depuis 2003. Il demeurera soutenu en 2006 (+8%) et devrait rester dynamique en 2007 (+5%), avant de marquer le pas en 2008 et 2009. C’est ce qu’indique la note de conjoncture sur l’investissement public local réalisée par le groupe Caisse d’épargne en partenariat avec l’Association des régions de France (ARF). Avec 40 milliards d’euros de dépenses annuelles d’équipement, les collectivités locales contribuent chaque année au maintien de 850.000 emplois dans le secteur privé. Ces emplois se répartissent à parts quasiment égales entre la construction, les services et l’industrie. «Depuis 2003, on peut estimer que l’accroissement de l’investissement public local a en outre permis de créer 200.000 emplois dans le privé et a contribué pour un point à la croissance du PIB sur la période», indique la note. L’enjeu de l’investissement des collectivités locales comme soutien de l’économie régionale a été perçu par toutes les collectivités. En 2006, les communes ont augmenté leurs investissements de plus de 7% pour la quatrième année consécutive. Les départements ont poursuivi l’accroissement de leurs dépenses d’équipement sur le rythme de 5% observé depuis 2003. Les régions ont augmenté leurs dépenses d’équipement d’environ 9% en rythme annuel moyen sur les cinq dernières années, hormis en 2005 (-7,2%), année marquée par la redéfinition de certains projets de développement. Pour autant, la situation financière des régions, départements, communes et groupements de communes n’a pas été pénalisée par l’effort d’équipement engagé. Ainsi, la dette pour emprunt des collectivités locales représente 5,7% du PIB en 2006 contre 7,7% lors de son point haut en 1995. La capacité de désendettement (1) représente désormais seulement 3,5 années d’autofinancement contre sept années au début des années 1980. Cet indicateur de solvabilité, particulièrement stable et bien orienté pour les régions (autour de deux années d’autofinancement depuis plus de dix ans) leur permet d’envisager le financement de grands projets de développement locaux. Cependant, à compter de 2008 s’ouvre un nouveau cycle électoral communal, ce qui est généralement moins propice à l’investissement. Les deux premières années de ce cycle pourraient également être marquées par le retour de préoccupations financières de désendettement. Toutefois, les dépenses d’investissement des conseils régionaux, qui entameront à partir de cette période la seconde partie de leur mandat, pourraient partiellement compenser, notamment via les subventions, l’effet dépressif dû aux élections municipales. (1) La capacité de désendettement représente le nombre d’années nécessaires à la collectivité pour rembourser sa dette si elle y consacrait chaque année l’intégralité de son autofinancement courant.<scri
Édition du mercredi 13 décembre 2006 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France