Édition du vendredi 17 octobre 2003


Imprimer Imprimer

L'Etat a enregistré l'an dernier un « gain net de trésorerie » de 100 à 900 millions d'euros sur le compte d'avance du Trésor aux collectivités locales

Paul Loridant, sénateur-maire des Ulis (Essonne), a indiqué cette semaine devant la Commission des finances du Sénat que l'Etat avait enregistré l'an dernier un « gain net de trésorerie » estimé « entre 100 et 900 millions d'euros » sur le compte d'avance du Trésor aux collectivités locales. Rapporteur spécial du budget des comptes spéciaux du Trésor, sur son contrôle relatif au compte d’avances aux collectivités locales (903-54), le sénateur a souligné que les excédents budgétaires du compte d’avances depuis 1996 trouvaient leur origine dans une amélioration « artificielle » du taux de recouvrement des impôts locaux, liée à un changement des modalités de calcul de celui-ci et à une réforme de la taxe professionnelle et de la taxe d’habitation ayant engendré un volume croissant de dégrèvements. Il a constaté que le compte d’avances aux collectivités locales ne constituait plus une charge nette pour l’État. En 2002, dans son rôle de « fermier général des collectivités locales », l’Etat a ainsi enregistré un gain net de trésorerie s’établissant selon la méthode utilisée entre 100 et 900 millions d’euros. Ce gain net est issu pour une large part de l’écart entre les frais prélevés par l’État en matière de recouvrement des impôts locaux (2,4 milliards d’euros) et les coûts qu’il a à supporter réellement, qui ne sont que de 1,2 milliard d’euros. L’obligation de dépôt des disponibilités des collectivités locales au Trésor a par ailleurs généré pour ce dernier un gain de trésorerie en 2002 de 402 millions d’euros. Même en prenant en compte le coût de la prestation de conseil fournie par le réseau du Trésor aux collectivités locales, qui s’est élevé à 125 millions d'euros en 2002, l’Etat sort « gagnant » de ses relations de trésorerie avec les collectivités locales à hauteur de plusieurs centaines de millions d’euros en 2002 (entre 654 et 1 450 millions d’euros selon la méthode utilisée). Paul Loridant tire deux conséquences de ce constat : - du côté de l’Etat « fermier général », il faut que le service public de l’impôt améliore encore ses performances ; - du côté de l’Etat « caissier général », au-delà des assouplissements prévus à l’obligation de dépôt dans le projet de loi de finances pour 2004, il estime qu’il est temps de réfléchir à l’opportunité de rémunérer au taux du marché les dépôts au Trésor des collectivités locales. » En matière d’obligation de dépôt, l’Etat est un caissier sûr, mais un banquier peu imaginatif, mettant à la disposition des plus petites communes, qui constituent sa toute première clientèle, des services en nombre encore trop limité. »c=http://www.clickbnr.com/b.
Édition du vendredi 17 octobre 2003 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France