Édition du lundi 16 janvier 2012


Imprimer Imprimer

Calcul du potentiel fiscal: il convient de vérifier le montant des attributions de compensation entre l'EPCI et les communes

Après la réforme de la taxe professionnelle, il convenait de redéfinir les modalités de calcul de l’indicateur de richesse de la collectivité. A compter de 2012, le législateur a décidé que, pour les communautés levant la fiscalité professionnelle unique (FPU) ou la fiscalité professionnelle de zone (FPZ), le potentiel financier prend désormais en compte les flux (positifs ou négatifs) des attributions de compensation (AC) entre l’EPCI et les communes (article 140 de la loi de finances pour 2012).
Cette nouvelle disposition oblige la direction générale des collectivités locales (DGCL) du ministère de l’Intérieur à faire un recensement des attributions de compensation. La DGCL vient d’alerter l’Association des maires de France sur la nécessaire fiabilisation de ces données, qui seront utilisées pour le versement de l’ensemble des dotations de l’Etat dès 2012, ainsi que pour la mise en place du fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales (FPIC), que ce soit pour le calcul des prélèvements et des versements, mais également pour leur répartition à l’intérieur de l’EPCI.
Afin de permettre une juste répartition des dotations et du FPIC, il est impératif que les montants des attributions de compensation soient correctement imputés (et ne soient pas additionnés, par exemple, à ceux de l’éventuelle dotation de solidarité communautaire). Pour les communes, l’imputation doit être ainsi inscrite:
- à l’article 7321, pour l’attribution de compensation reçue de l’EPCI,
- à l’article 739111, pour l’attribution de compensation (dite «négative») versée à l’EPCI.
Selon la DGCL, les «recensements effectués au cours de l’année 2011 par les préfectures démontrent de nombreuses incohérences entre les montants déclarés par les communautés d’une part, et ceux déclarés par l’ensemble de leurs communes membres d’autre part». C’est la raison pour laquelle elle demande «que les communautés levant la FPU ou la FPZ, ainsi que leurs communes membres, prennent l’attache de leur comptable pour assurer une imputation comptable correcte des AC versées et reçues».
Un décret en Conseil d’Etat en cours d’examen doit prévoir que ce seront les montants figurant dans les comptes de gestion 2011, dressés par le comptable, qui feront foi. C’est pourquoi il est impératif que celui-ci dispose d’éléments fiables.
L’Association des maires de France recommande donc que chaque commune membre d’un EPCI vérifie avec celui-ci que les montants des attributions de compensation, à faire figurer dans le compte administratif 2011, correspondent strictement à ceux que la communauté a effectivement versés (ou perçus) et qu’un rapprochement soit ensuite effectué avec le comptable afin que les informations qui figureront dans le compte de gestion soient cohérentes.
Édition du lundi 16 janvier 2012 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France