Édition du mardi 5 décembre 2017


Imprimer Imprimer

Lancement officiel de la concertation sur la statégie de lutte contre la pauvreté

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, et Olivier Noblecourt, délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes, ont lancé officiellement hier la concertation sur une nouvelle stratégie de lutte contre la pauvreté, ciblant en priorité les enfants et les jeunes. L'objectif est « d'éviter que les enfants tombent dans la pauvreté, et que les enfants pauvres d'aujourd'hui ne deviennent les pauvres de demain », a expliqué lors d'un point presse Agnès Buzyn, disant vouloir s'attaquer à « une forme de déterminisme social insupportable ».
Trois millions d'enfants en France - soit un enfant sur cinq - vivent sous le seuil de pauvreté. Le taux de pauvreté s'élève à 14 % de la population.
Cette concertation mobilisera l'ensemble des acteurs (associations, collectivités territoriales, élus, personnes concernées). D'ici le mois de mars, dix journées d'échanges seront organisées en régions, dont une en outre-mer.
En parallèle, six groupes de travail thématiques vont étudier les moyens « d’éradiquer la pauvreté des enfants », favoriser l'insertion des jeunes, améliorer la prévention, l'accès aux droits, renforcer la lutte contre l'exclusion, et impliquer les collectivités territoriales.
Ces groupes de travail verront leurs rapports de synthèse publiés à la mi-mars. Les conclusions seront présentées à Emmanuel Macron début avril, au Conseil économique, social et environnemental (Cese).
Olivier Noblecourt est chargé d'organiser la concertation et coordonner les travaux de préparation de la future « stratégie de prévention ». « Il n'y a pas de recette miracle dans nos méthodes de concertation mais nous avons la volonté extrêmement claire de partir du local et des acteurs de terrain », a-t-il expliqué hier, indiquant vouloir aller « plus loin » que les précédents plans gouvernementaux de lutte contre la pauvreté.
En janvier, un espace internet dédié permettra aux citoyens, acteurs associatifs, élus locaux ou entreprises de lui faire part de leurs réflexions.
Agnès Buzyn a identifié « quatre principaux chantiers », dont la construction d'une « politique affirmée de prévention » passant notamment par le développement de solutions de garde collective et l'accueil en crèche des enfants des familles les plus défavorisées.
Autres chantiers : repérer et accompagner les personnes pauvres, en mettant l'accent sur la lutte contre le non-recours aux aides sociales, ainsi que sur l'accompagnement des jeunes adultes issus de l'Aide sociale à l'enfance (ASE) et de ceux sortant du système scolaire sans formation ni diplôme; définir un accompagnement renforcé pour les personnes touchées par la grande pauvreté et l'exclusion, et renouveler la gouvernance.
A noter que cinq des six groupes de travail sont co-présidés par des élus ou anciens élus. Ainsi le maire d’Arras, Frédéric Leturque, co-présidera le groupe de travail sur l’éradication de la pauvreté des enfants, alors que l’ancienne adjointe au maire de Bordeaux, Véronique Fayet, aujourd’hui présidente du Secours catholique, co-présidera celui sur l’accompagement et les leviers de prévention de la pauvreté. Les députées Aurore Bergé et Fiona Lazaar ainsi que Mathieu Klein, président du département de Meurthe-et-Moselle, co-présideront chacun un groupe de travail. (Avec AFP)
Édition du mardi 5 décembre 2017 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France