Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du lundi 15 septembre 2014
Europe

L'Europe triple ses aides pour le transport

11,9 milliards d’euros dès maintenant, et 26 milliards à l’horizon 2020. C’est la somme – historiquement élevée – que la Commission européenne annonce mettre à la disposition du développement des transports. Ce fonds, baptisé MIE (Mécanisme pour l’interconnexion en Europe) n’était doté que de 8 milliards d’euros jusqu’à présent. L’Europe a donc décidé de multiplier par trois ses subventions pour un domaine jugé hautement « prioritaire »  lors d’une conférence de presse tenue le 10 septembre.
Comme le nom du fonds l’indique, ces aides seront consacrées à combler les chaînons manquants et à relier entre eux tous les grands axes de transport en Europe. L’Europe n’ayant « pas vocation à se substituer aux autorités locales et régionales », ces fonds ne seront pas consacrés à des projets de transport urbain, ni à des lignes régionales. C’est au contraire une carte composée de neuf grands « corridors »  prioritaires, à l’échelle du continent, qui a été présentée. Avec pour objectif d’améliorer l’interopérabilité entre tous ces réseaux et « d’éliminer les goulets d’étranglement ».
Pour ce qui est de la France, les corridors ferroviaires sélectionnés sont l’axe Paris-Lille-Europe du Nord, Paris-Bordeaux-Valladolid-Portugal, Paris-Lyon-Perpignan-Barcelone-sud de l’Espagne, Paris-Metz-Europe de l’Est. Nouveauté de taille : l’axe Paris-Le Havre a été sélectionné, au vu de l’importance du port commercial du Havre. Peut-être cette ligne, éternelle oubliée du TGV en France, et dans un état de délabrement régulièrement dénoncé par les élus et les usagers, va-t-elle enfin connaître une nouvelle jeunesse, grâce à l’Europe ?
L’Europe vient de lancer un appel à propositions. Les États ont jusqu’au 25 février 2015 pour déposer des dossiers de subvention. Les projets sélectionnés auront droit à une subvention allant de 20 à 40 %. Ce déblocage inattendu de fonds européens changera peut-être un peu la donne en France, où le schéma national des infrastructures de transport a été drastiquement revu à la baisse l’an dernier, faute de moyens.

Télécharger la carte.


S'ABONNER GRATUITEMENT NOUS ÉCRIRE
PARTAGER
IMPRIMER
Retrouver une édition

Sur le site de l'AMF
Accéder au site