Édition du Lundi 24 septembre 2001


Imprimer Imprimer

La gauche a enregistré une légère progression aux élections sénatoriales, gagnant une douzaine de sièges au détriment de la droite, qui conserve toutefois une confortable majorité au Palais du Luxembourg

Près de 50 000 grands électeurs (48 940) étaient invités dimanche au renouvellement du tiers du Sénat, soit 102 sièges sur 321. Les circonscriptions renouvelables étaient celles de la série B: 94 sièges dans 30 départements métropolitains, de l'Indre-et-Loire aux Pyrénées-Orientales, trois à la Réunion, un en Nouvelle-Calédonie et quatre sièges pour les représentants des Français de l'étranger. Conséquence de la loi du 10 juillet 2000, le scrutin à la proportionnelle concerne désormais tous les départements élisant au moins trois sénateurs et non plus cinq, comme c'était le cas jusqu'à présent. Dans les autres circonscriptions, qui ont un nombre de sénateurs inférieur à trois, s'applique le scrutin majoritaire à deux tours. De plus, la loi du 6 juin 2000 sur la parité hommes-femmes s'applique dans les départements soumis à la proportionnelle, y compris pour les sénateurs représentant les Français de l'étranger. Chaque liste doit être composée alternativement d'un candidat de chaque sexe, l'écart entre le nombre d'hommes et de femmes ne pouvant être supérieur à un. Cette nouvelle mesure avait conduit plusieurs sortants à constituer une liste dissidente, afin de conserver une chance d'être réélu. En effet, le sortant placé en troisième position sur une liste de trois sièges à pourvoir est quasi automatiquement éliminé La gauche a enregistré une légère progression aux élections sénatoriales, gagnant une douzaine de sièges au détriment de la droite, qui conserve toutefois une confortable majorité au Palais du Luxembourg. Les Verts, avec l'élection de Marie-Christine Blandin dans le Nord, font leur entrée pour la première fois dans la haute assemblée. Plusieurs élus sortant de droite sont battus, comme le RPR Lucien Neuwirth dans la Loire. Le nombre de femmes au Sénat devrait passer de 20 à 33. Le groupe socialiste, a souligné son président Claude Estier, gagne dix sièges, mais en perd trois, et enregistre donc un gain net de sept sièges. Les Verts obtiennent un siège - celui de Marie-Christine Blandin - tandis que les communistes en gagnent cinq - tous remportés par des femmes - dont celui de Michelle Demessine, secrétaire d'Etat au tourisme, élue dans le Nord, et qui a annoncé dimanche qu'elle quittait le gouvernement. Huit députés ont été élus dimanche à la haute assemblée comme l'ancien ministre Louis Mermaz (PS) ou bien encore Jacques Blanc (DL), président de la région Languedoc-Roussillon. Le groupe RPR perd trois sièges, l'union du centre (UC, UDF) deux, le groupe RI (DL) recule de six sièges. Le groupe RDSE, qui regroupe des élus de droite et de gauche, perd deux députés. c=http:
Édition du Lundi 24 septembre 2001 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr