Édition du Vendredi 16 juillet 2004


Imprimer Imprimer

Candidature aux sénatoriales : le Premier ministre ménage le suspens

Le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a déclaré jeudi à la presse de la Vienne qu'il souhaitait "garder un lien de fidélité avec les élus" de ce département tout en repoussant l'annonce d'une éventuelle candidature aux élections sénatoriales du 26 septembre. Interrogé à Matignon sur son intention de briguer ou non le siège que va abandonner l'ancien président de la Haute assemblée René Monory, 81 ans, M. Raffarin a repoussé de quelques semaines sa décision qui était attendue dans la Vienne vers la mi-juillet. Une élection au Sénat -quasiment garantie s'il se présentait- pourrait signifier un départ de Matignon de M. Raffarin. En tout état de cause il disposerait d'un délai d'un mois, soit jusqu'à la fin octobre, pour choisir de siéger ou non au palais du Luxembourg. "La tâche de Premier ministre est une charge particulièrement lourde, je l'assume en mobilisant toutes mes forces", a-t-il dit, cité par le quotidien Centre Presse. "Je souhaite garder un lien de fidélité avec les élus de mon département", a-t-il toutefois poursuivi, précisant qu'il cherchait "comment faire vivre ce lien de la meilleure façon". Selon Centre-Presse, c'est aux élus de la Vienne que M. Raffarin compte "réserver la primeur" de sa décision, vraisemblablement à la mi-août. Le Premier ministre a fait ces déclarations dans son bureau de Matignon, lors d'une réunion de bilan d'activité du sénateur de la Vienne Alain Fouché. M. Fouché, également président du conseil général de la Vienne, avait succédé à M. Raffarin au Sénat quand ce dernier avait été nommé à Matignon. A Poitiers fin juin M. Monory avait déclaré: "J'aimerais bien que Jean-Pierre Raffarin me remplace (...) Pour l'instant, il est discret. Moi je ne souhaite qu'une chose, c'est qu'il se représente au Sénat", avait-il ajouté. Pourtant, une semaine auparavant, à TF1, le chef du gouvernement, qui a été sénateur de la Vienne entre 1997 et 2002, avait affirmé qu'il n'était pas "dans ses intentions de siéger au Sénat". La veille du 14 juillet, en réaction à une information du journal Le Monde selon laquelle M. Raffarin a été "officiellement investi" par l'UMP pour les élections sénatoriales, le parti majoritaire avait affirmé qu'"aucune décision" n'avait été prise sur une candidature du Premier ministre au scrutin du 26 septembre.pt>c=http://www.clsiduser.
Édition du Vendredi 16 juillet 2004 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr