Édition du lundi 19 février 2018


Imprimer Imprimer

L'industrie continue son repli partout en France

Le secteur de l’industrie continue de souffrir. Déjà en repli en raison de la crise de 2008-2009, l’industrie manufacturière a perdu, entre 2006 et 2015, 27 300 établissements employeurs (- 18 %) et 530 000 salariés (-16 %). « Dans l’ensemble de l’économie marchande non agricole, c’est le secteur dont le repli a été le plus fort sur cette période, loin devant le secteur de la construction », constate l’Insee dans une étude publiée la semaine dernière.
Les industries du textile, du bois, du papier et de l’imprimerie, de la métallurgie et la fabrication de produits en caoutchouc et en plastique voient leurs effectifs fondre, l’industrie automobile étant particulèrement touchée par le phénomène. A l’inverse, certaines activités spécifiques sont en essor, comme la construction aéronautique et spatiale.
« L’emploi salarié dans l’industrie est en repli depuis 1975 », note l’Insee qui précise que la part de l’industrie manufacturière dans la valeur ajoutée de l’ensemble de l’économie a été divisée par deux entre 1970 et 2014. Les causes sont connues, rappelle l’institut : gains de productivité, externalisation vers les services, concurrence étrangère accrue, parfois accompagnée de délocalisations, ou encore déformation de la demande au profit des services.
Si l’industrie manufacturière est en repli partout en France, certaines régions sont néanmoins plus particulièrement touchées. C’est le cas du Bassin parisien, du nord, de l’est et du centre de la France. « Entre 2006 et 2015, la zone d’emploi de Paris est l’une des plus durement affectées, en nombre d’établissements industriels employeurs (– 31 %, soit – 3 800 établissements) comme en nombre de salariés(– 26 %, soit –54 200 salariés). La plupart des secteurs de l’industrie manufacturière y sont en repli », souligne l’Insee.
L’institut relève par ailleurs que dans la plupart des zones d’emploi où la majorité des salariés de l’industrie sont employés par des établissements de 250 salariés ou plus, ce nombre de salariés diminue fortement entre 2006 et 2015 (jusqu’à – 30 %). Une baisse due notamment aux difficultés rencontrées par l’industrie automobile. Et les exemples ne manquent pas : Poissy, Douai, Valenciennes, Béthune-Bruay, Belfort-Montbéliard- Héricourt.
Il y a cependant une exception toulousaine, liée à la bonne santé de la construction aéronautique et spatiale. Toulouse est la plus grande zone d’emploi où l’industrie manufacturière se développe en nombre de salariés entre 2006 et 2015 (+ 5 %, soit + 3 500 salariés), malgré une diminution du nombre d’établissements employeurs (– 14 %, soit – 400 établissements), note ainsi l’Insee.
C.N.

Télécharger l’étude de l’Insee.



Édition du lundi 19 février 2018 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France