Édition du vendredi 24 mars 2017


Imprimer Imprimer

Pour Jacques Cheminade, « l'intercommunalité doit procéder des maires »

Maire-Info « C’est dans les communes qu’est la force des peuples libres ! » Citant Alexis de Tocqueville, Jacques Cheminade a fait valoir son attachement aux maires dès le début de son allocution en insistant sur le fait que « tout doit reposer sur la commune, pilier d’une République qui soit à la fois décentralisée et déconcentrée ».
Le candidat de Solidarité et Progrès a, cependant, rappelé qu’il ne voyait pas d’incompatibilité entre les triptyques « commune, département, patrie » et « intercommunalité, région-métropole, Union européenne ». A condition, a-t-il précisé, que « l’Europe se refonde et ne soit plus ce curieux empire non impérial, […] que les régions et les métropoles ne soient pas les pompes aspirantes de compétences et de moyens, […] que les intercommunalités se construisent sur la base d’un projet de territoire sans injonctions venues d’en haut, sans transfert de compétences imposées » et qu’elles procèdent exclusivement « des communes et des initiatives des maires », dans le « respect du principe de subsidiarité ».
Répondant à un « impératif de dimension humaine », Jacques Cheminade a fait part de son souhait d’abroger la loi Notre qui « entretient la confusion et kidnappe les compétences ». Il veut aussi remettre en cause le deuxième volet de la réforme territoriale pour « constituer des régions correspondant à la volonté de ceux qui les habitent ».
Opposé à la réforme de la taxe habitation voulue par Emmanuel Macron, le président de Solidarité et Progrès a proposé de réviser les valeurs locatives cadastrales et a indiqué qu’il souhaitait que la taxe d’habitation « soit assise, pour 60 %, sur la nouvelle valeur vénale établie des logements et, pour 40 %, sur les revenus des occupants ».
Il s’est également engagé à stopper la baisse des dotations et ne plus imposer de dépenses nouvelles « sans ressources nouvelles ».
Parmi ses autres propositions, Jacques Cheminade a précisé qu’il préserverait un « maillage réaliste » des établissements scolaires de premier degré en milieu rural mais aussi qu’il consulterait et « suivrait l’avis » des élus locaux concernant la répartition des réfugiés sur le territoire car ils « connaissent le mieux les données sociales, économiques et démographiques ». Enfin, il s’est engagé à créer un « grand service public du numérique » couvrant tout le territoire afin que son accès devienne « universel ».
Répondant à la fin de son intervention, comme tous les autres candidats, aux questions posées par des présidents d’associations départementales de maires, Jacques Cheminade a répondu à Pilar Chaleyssin, président de l’Association des maires du Gard, et à Ludovic Rochette, président de celle de Côte d'Or. « Il est essentiel d'avoir un statut de l'élu de proximité. Il faut voir dans l'ensemble cette question et l'étudier avec ceux qui ont l'expérience et ont exercé cette fonction », leur a-t-il notamment indiqué.
A.W.
Édition du vendredi 24 mars 2017 image
Journal Officiel

Journal Officiel du vendredi 24 mars 2017

Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères
Ministère de la Transition écologique et solidaire
Ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse
Ministère des Solidarités et de la Santé
Ministère des Solidarités et de la Santé
Ministère de l'Intérieur
Ministère des Outre-mer
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France