Édition du mercredi 21 octobre 2015


Imprimer Imprimer

Eau et assainissement transférés aux EPCI : quelles conséquences pour les syndicats mixtes ?

Dans une « note technique » aux préfets rendue publique hier, le directeur général de l’Aménagement, du Logement et de la Nature, Paul Delduc, appelle à forcer l’allure sur la question des transferts de compétence eau et assainissement et à « en anticiper les conséquences ».
Paul Delduc rappelle que les SDCI (Schémas départementaux de coopération intercommunale) doivent être révisés d’ici au 31 mars prochain (lire Maire info du 10 septembre), que la nouvelle compétence Gemapi (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) doit prendre effet au 1er janvier 2018 (et non plus 2016 à la suite de la mobilisation des associations d'élus, et en particulier de l'AMF), et enfin que les compétences eau et assainissement seront transférées, de façon obligatoire, aux EPCI à fiscalité propre (EPCI-FP) le 1er janvier 2020.
Il demande donc aux préfets « d’anticiper » l’entrée en vigueur de ces transferts de compétence. Sur la Gemapi, il rappelle que les EPCI auront la possibilité de transférer cette compétence à des syndicats mixtes, des établissements publics territoriaux de bassin (EPTB) ou des établissements publics d’aménagement et de gestion des eaux (Epage). Il est rappelé que depuis l’été 2014 existent des « missions d’appui technique de bassin », comptant dans chaque département quatre représentants des communes et des EPCI, et chargées « d’accompagner la prise de compétence Gemapi par les communes » (décret n° 2014-846 du 28 juillet 2014).
Paul Delduc demande aux préfets de « conforter », dans le cadre de la révision des SDCI, « les structures portant les schémas d’aménagement et de gestion des eaux ».
En annexe de cette note, le directeur de l’Aménagement publie un rappel sur les transferts de compétences eau potable et assainissement. Elles sont déjà obligatoirement transférées aux communautés urbaines et aux métropoles. Pour les communautés de communes, ces compétences sont optionnelles jusqu’au 1er janvier 2020, « avec une mise en conformité des communautés de communes existantes avant le 1er janvier 2018 ». Le transfert devient obligatoire à partir du 1er janvier 2020. Même règle pour les communautés d’agglomération – compétence optionnelle jusqu’en 2020, obligatoire après.
« Le transfert des compétences communales eau et assainissement aux EPCI-FP aura un impact sur les syndicats exerçant déjà ces compétences », souligne la note. Un dispositif particulièrement compliqué est détaillé. « Pour les syndicats qui comprennent des communes appartenant à un ou deux EPCI-FP dont l’un (ou les deux) prend la compétence eau ou assainissement à titre optionnel ou obligatoire : le transfert des compétences eau ou assainissement à un EPCI-FP emporte alors automatiquement retrait des communes de cet EPCI-FP (y compris communautés de communes) du syndicat pour la ou les compétences correspondantes ». Le syndicat sera alors dissous s’il n’exerce pas d’autre compétence, dans le cas où « il est entièrement englobé dans un seul EPCI-FP ou encore lorsque les eux EPCI-FP ont pris la ou les compétence(s) du syndicat ». Dans les autres cas, il est maintenu jusqu’au 1er janvier 2020.
Deuxième cas : « Pour les syndicats qui comprennent dans leurs périmètres des communes appartenant à trois EPCI-FP (au moins) et qu’un de ces EPCI-FP (ou plus) prend la compétence eau ou assainissement à titre optionnel ou obligatoire, alors cet EPCI-FP se substitue à ses communes membres au sein des syndicats préexistants ». Il s’agit là de « garantir la pérennité des syndicats d’une certaine taille ». La note rappelle toutefois que « les EPCI-FP substitués à leurs communes membres au sein du syndicat (devenu mixte) peuvent être autorisés par le préfet, après avis simple de la CDCI, à se retirer du syndicat au premier janvier qui suit la date de ce transfert ».
Enfin, les syndicats exerçant déjà les compétences eau et assainissement pour le compte d’EPCI-FP à la date d’entrée en vigueur de la loi (8 août 2015) ne sont « pas affectés ».
F.L.

Télécharger la note technique.
Édition du mercredi 21 octobre 2015 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France